Le forum français Nécron du Jeu Warhammer 40.000
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 2 : Le Geste du Soldat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Dim 14 Oct - 13:59

Sous un orage d'acier, le tonnerre des canons rendait les ordres hurlés par les sergents de compagnies pratiquement inaudibles. Des colonnes entières de sables étaient soulevées par les impacts des obus, des charges de plasma surchauffés, ou encore, des grenades projetées par les fusils automatisés. Il était extrêmement difficile de garder une ligne de vue dégagée plus de quelques secondes. La piétaille avançait donc avec la plus grande prudence, tentant tant bien que mal de se dégager un espace où elle pourrait délivrer son message guerrier. Les aberrations mécaniques avançaient elles aussi, avec une égale lenteur, implacables comme la mort. Leurs visages figés sur une expression épouvantablement neutre au sein de ce chaos ne reflétait nulle émotion, comme si chaque garde fauché par les rayons verdâtres n'avait été qu'une mauvaise herbe tranchée net par un soigneux jardinier au service du néant.

A plusieurs centaines de mètres des armes aux capacités effarantes lançaient avec une régularité et une précision toute mécanique leurs vagues de mort en réponse au déluge de fer que la Garde s'acharnait à balancer, parfois presque au hasard, sur les nécrons inflexibles. Les sergents faisaient un travail remarquable, ne perdant jamais de vue l'ennemi tout en menant les escouades à portée de tirs, faisant jouer leurs épées en signe d'autorité, encourageant les hommes par des insultes autant que par des promesses de gloire éternelle.

La dernière chose que Nellan avait vue avant que le sable et la poussière ne transforme ce champ de bataille en brouillard infernal était l'une des dernières machines nécrons répertoriées par l'Adeptus Mechanicus. Une console d'annihilation. Un terme standard que l'on aurait tout aussi bien put utiliser pour une arme d'une autre race. "Ils manquent vraiment d'imagination pour des penseurs" s'était-il dit en voyant avec satisfaction un tir de Basilisk s'écraser sur ladite console, la réduisant en miette d'un seul coup. Puis il y avait eu le tir de riposte. Une gigantesque vague d'énergie s'était écrasée sur ce même Basilisk quelques secondes à peine après ce tir chanceux, pulvérisant le blindée et son équipage comme s'ils n'avaient été faits que de papier. Dans sa radio à ondes courtes, il avait ordonné que l'on prenne cette machine infernale au canon démesuré pour cible avec une absolue priorité, avant que le char dans lequel il avait placé son centre de commandement ne soit secoué par une explosion d'origine inconnue. Cela aurait aussi bien pût être une nouvelle salve ennemie les ayant ratés de peu que l'explosion d'un blindé allié. Trop difficile à dire ; en une salve à peine, la terre martyrisée par les impacts s'étaient mise à danser comme un blessé rendu fou de douleur, coupant la vue à ceux pris dans la zone d'impact.

Nellan n'était pas idiot, et il avait déjà affronté des nécrons. Il savait que leurs troupes et leurs capacité écœurante à refuser la mort en régénérant le métal impie qui les constituait était leur plus grande force. Cela donnait à leur avancée un aspect aussi efficace qu'inexorable, et pour une armée manquant de discipline ou sujette à la peur, c'était aussi démoralisant que frustrant. Nellan n'avait pas peur pour le moral de ses troupes. Des vétérans, des durs à cuir, loyaux et capables. Voila qui étaient sous ses ordres. Il avait déjà vécu pire que ça, se répétait-il, regardant sur son écran tactique une escouade de guerriers nécrons se faire emporter par le feu de ses servants d'armes lourdes habilement dissimulés sous le sable, un espace dégagé pour les canons lasers. Nellan faillit crier sa satisfaction mais se retint, soucieux de ne pas offrir la moindre distraction aux artilleurs présents avec lui dans le char, et tentant désespérément de déterminer des solutions de tir.
Dans sa radio résonnaient les informations hurlées par les officiers des communications, les ordres des sergents, ou les hurlements des mourants, et Nellan les suivait avec attention, afin d'adapter ses ordres au mieux. Une phrase retint son attention plus que les autres : "Aéronefs ennemis repérés ! Ils s'apprêtent à survoler la colline !

- Prenez les pour cible immédiatement, beugla Nellan dans son micro. Ne les laissez pas franchir la ligne !

- Ils sont bien trop rapides, geignit la voix de l'officier soudainement rendue inaudible par le bruit surnaturel du passage des aéronefs.

- Ils ne perdent rien pour attendre, marmonna le commandant. Manœuvre de dispersion. Je veux tous mes tanks à au moins vingt mètres les uns des autres. On sait qu'ils sont droits devant, continuez à tirer !"

Il était difficile de dire qui avait l'avantage, car chaque camp multipliait les manœuvres audacieuses et multipliait les pertes. Tous les nécrons ne se relevaient pas, et plusieurs de leurs véhicules avaient été détruits. Cependant le commandant ne savait que trop bien quel mal pouvait occasionner un ennemi disposant d'une totale suprématie aérienne. Pourquoi diable avait-il envoyé les Walkyries en éclaireuses ?!
Son écran tactique ne lui montrant plus rien d'autre que des parasites, il ouvrit avec précaution l'espace destiné à laisser sortir les soldats, sortant avec la plus extrême prudence sa tête casquée afin d'avoir un aperçu du champ de bataille à travers la fumée et la poussière des sables vitrifiés par les tirs. L'officier ne vit rien jusqu'à ce qu'un éclat brillant qui manqua de l'aveugler n'attire son attention. Alors que la plupart des nécrons qui marchaient pour avancer étaient encore à une distance raisonnable des blindés impériaux, une escouade d'une dizaine de nécrons, plus larges et plus massifs que leurs congénères, apparurent là où une seconde auparavant, il n'y avait qu'un vaste plateau rocheux. Tels d'anciens guerriers de légende, ils portaient des épées et des boucliers lumineux crépitants d'énergies révélatrices d'une puissance inconnue du commun des mortels. Au milieux de cette escouade, se distinguait une créature plus massive encore que les autres, maniant une forme de longue lance qui semblait pouvoir fendre le voile de la réalité lui même.

Nellan avait déjà eu l'occasion de voir un seigneur nécron, et ses capacités lui étaient donc bien connues. Il ignorait s'il s'agissait d'un officier de l'armée ennemie ou s'il avait affaire à son général en personne, mais cela n'avait guère d'importance. Il lui était impossible d'ignorer pareille menace si près de ses lignes, et presque tous ses chars ne pouvaient tirer sur cette nouvelle menace sans risquer de toucher un allié. Heureusement avait-il prévu des réserves pour ce genre de cas.

" Escouades de Kasrkins et d'Ogryns de l'équipe A38, quittez la réserve immédiatement et arrosez moi ces salopards !"

Les deux escouades désignées obéirent sans hésiter. Les bruyants Ogryns beuglant leur envie d'en découdre tandis que les fantassins d'élite préféraient le silence de l'efficacité. Avec discipline et coordinations ils libérèrent le feu de leurs armes sur l'escouade d'élite mécanique, celle-ci levant ses boucliers dans un geste que Nellan interprétait avec satisfaction comme une action désespérée. Il fut cependant détrompé bien vite, quand il vit les tirs revenir vers ses hommes, fauchant ceux n'ayant pas eu le temps de se jeter à terre. Sidéré, sans voix, il hurla un ordre de repli, afin de donner à ses tanks restant la possibilité de tirer, tandis qu'il voyait ses hommes subir la charge des guerriers sans âmes. Certains résistèrent presque efficacement, et il put même apercevoir l'action d'éclat d'un Ogryn plantant la baïonnette de son canon dans le crâne d'un nécron qui ne régénéra pas. C'était cependant sans espoir ; quand le seigneur coupa deux Ogryn en deux d'un seul revers de son arme, sans même avoir l'air de peiner, il sut que ces hommes là étaient perdus pour l'Imperium.

Une communication crépitante de parasites lui parvint alors que son char s'éloignait de cette scène déchirante. Il se prit a espérer que ce soit une bonne nouvelle, lui qui ne laissait d'ordinaire place qu'à la tactique et la logique.

"Aéronefs ennemi abattu mon commandant. Cela nous a demandé dix salves mais un canon laser a fait mouche. Il s'est écrasé sur leurs lignes, flanc Est de la zone 4. Il a eu le temps de se faire cinq Leman Russ le fumier !

- Il faudra féliciter le tireur, dit l'officier en tentant de distinguer ses troupes qui suivaient le repli tactique des blindés avec discipline et organisation. Combien d'escouades d'armes lourdes nous reste-t-il ?

- Deux monseigneur. Il s'agit de...

- Comment ?! Où sont passés les douze autres ?! Pourquoi n'opèrent t-elles pas le repli tactique ?!

- Ils sont morts monseigneur. Des abominations en forme de cloportes ont jailli du sable sous leurs yeux. Ils n'ont rien put faire. C'est une escouade qui a ignoré l'arrivée des monstres pour viser l'aéronef ennemi qui a put abattre. Ils n'ont même pas eu le temps de se relever...

- Maudits ! Hurla Nellan en raccrochant son micro sur la radio. Replis général dans la zone pré-fortifiée C-29. On les saigne à blanc jusqu'à ce qu'ils n'aient plus rien !

- On se fait massacrer ici ! Hurla une voix déchirée par le désespoir. On a déjà perdu trois escouades contre les porteurs de boucliers !"

Le commandant n'avait pas oublié cette menace. Il détermina lui-même une solution de tir contre l'escouade en question, ordonnant à l'artilleur du canon principal de viser le centre de leur groupe. Nellan était impatient de voir si le seigneur nécron allait apprécié la chanson cadienne qu'il lui réservait. Le seigneur n'était pas visible. Le réaliser fut aussi soudain que terrifiant. Quand avait-il quitté l'escouade ? Où... Un bruit surnaturel d'acier que l'on tord et déchire doucement vrilla presque les tympans des occupants du char de commandement. Nellan se hâta de sortir par l'écoutille, voyant alors qu'il sautait au sol un coup de fauchard couper net le canon du Leman Russ. "A nous deux !" hurla Nellan en dégainant son épée énergétique. Avec une lenteur proche de l'obscénité, le seigneur mécanique se tourna vers lui, alors qui descendait du char pour lui faire face. Pendant un instant, le commandant impérial eut l'impression que son adversaire lui avait sourit, mais cela ne pouvait être qu'un effet de lumière de la journée déclinante. La seule idée que ce visage mécanique figé à jamais sur un masque de mort puisse exprimer une émotion avait quelque chose d'indéfinissable, et de proprement révoltant.

Faisant jouer l'épée dans sa main alors qu'il échauffait ses poignets, il esquiva l'attaque d'un geste souple, repensant avec fierté à son entrainement quotidien auprès des troupes habituées au corps à corps. Son général instructeur de l'école l'aurait méprisé pour ça, mais Nellan savait qu'un entrainement permanent était la clef de la survie, et qu'il pouvait être amené à combattre un jour ou un autre. Se contenter des quelques cours d'escrime de l'école lui avait parut insuffisant, et à présent il ressentait toute la mesure de son excellent jugement. Son adversaire avait pour lui une redoutable précision mécanique et une force hors du commun, conjuguée aux caractéristiques sidérantes de son arme. Un coup, un seul, et c'était la fin. Étrangement, cette idée le laissait serein. Son adversaire le surpassait en tous points, excepté la vitesse. Son fauchard était trop lourd, et à chaque fois qu'il armait un coup, l'impérial avait le temps d'en asséné deux. Une des ses feintes fit mouche, lorsqu'il pulvérisa la colonne de côtes métalliques situées à droite, dans une gerbes d'étincelles vertes s'échappant furieusement.

Le seigneur nécron ne regarda pas sa blessure, ne ralentissant même pas avant de porter un nouveau coup. Nellan avait confiance. Son adversaire était trop lent, ils le savaient tous les deux. Faisant deux pas de côté vers la droite, il arma son bras pour mieux abattre sa lame énergétique sur le seigneur nécron, quand celui-ci fit le contraire de ce qu'avait prévu l'officier. Lâchant son fauchard de la main gauche, il attrapa la lame énergétique directement entre ses doigts mécaniques, laissant les premières couches de métal fondre et couler le long de son bras comme autant de gouttes de sang. Le cœur de Nellan manqua un battement quand il vit sa lame se fendiller, puis se briser sous la force surnaturelle du seigneur nécron. Il y eu une petite explosion et le bras du nécron retomba, inerte, comme individuellement mort, tandis que le commandant tentait de remonter dans le char afin de relancer les moteurs. Le xénos infâme ne lui en laissa pas le temps, usant de son arme pour frapper le véhicule à l'arrêt dont les pilotes et servants d'armes étaient morts ou évanouis. L'acier fut transpercé comme la cage thoracique d'une proie jusqu'à ce que la lame atteigne le réservoir. Dans une explosion affaiblie par le nombre diminué de munitions et de carburant dépensé, Nellan fut projeté à dix mètres, de même que le seigneur, qui savait qu'il sortirait indemne de ce petit vol plané.

Nellan regarda le ciel, paralysé par la douleur et par le morceau de tank qui l'écrasait de son poids sous le sable brûlant. Il se rendit compte qu'il était presque sourd à l'issue de l'explosion, et que tous les sons lui parvenaient étouffés, comme un écho lointain. Pourtant une musique pétaradante et continue se faisait entendre. Un son désagréable de crachotements et vibrations. Il fut soudainement survolé par une Walkyrie qui semblait aussi branlante et peu fiable qu'un chassa-bomba ork. L'ange hurleur. Freiya avait survécu finalement... Il put voir un tapis de bombes s'abattre sur les nécron qui s'approchaient de sa position, et en ressentit pleinement chaque vibration dans le sol en dessous de lui. Le mot douleur prenait un nouveau sens, alors que l'aéronef impérial se posait à dix mètres à peine de lui. Trois officiers dont un médical sortirent en urgence pour tenter de le dégager, sans succès. Les fractures ouvertes, le sang perdu, les shrapnels disséminés dans son corps... Nellan savait que c'était la fin. Il n'était pas idiot.

" - Évacuez immédiatement autant de troupes que possible sur notre solution de replis, dit-il en gémissant de douleur. On les a peut-être salement retardé mais pas arrêtés. Il va falloir... du renfort..."

Des tirs de fusils à fission simples manquèrent de peu l'équipe qui tenta une nouvelle fois de dégager l'officier supérieur, avant que celui-ci ne leur ordonne de foutre le camp. L'un des cadiens sorti d'une de ses poches un étui à cigarettes dont il extirpa un peu de tabac roulé dans du papier d'étiqueteuse de boites à rations. "Je vous en devait une colonel. Roulée sur les cuisses d'une des danseuses de Koléa. Y en a pas de meilleure..."

L'officier accueilli le geste avec gratitude avant de tirer une bouffée. Il ne se retint de rire que pour ne pas augmenter sa douleur. "Elles sont dégueulasse, Kenrel. Tout comme l'alcool de contrebande que tu caches dans la soute de votre coucou infernal. Foutez le camp maintenant. Et dites à Freiya... Dites lui juste que j'aurais dû accepter."

Les trois soldats se relevèrent d'un bond, et coururent vers l'appareil, laissant leur officier faire face au destin que chaque Garde Impérial digne de ce nom se devait de rencontrer un jour. Il regarda l'aéronef partir, espérant qu'il pourrait sauver quelques uns de ses hommes. Freiya lui fit un salut militaire à travers la vitre du poste de pilotage, puis dans un ciel saturé de fumées grasses et malodorantes, la Walkyrie disparue.






Le seigneur nécron s'avançait entre les carcasses de tanks calcinés, les dépouilles des mortels, et les scarabées qui s'affairaient à réparer les guerriers ou les machines pour lesquels les systèmes d'auto-réparation étaient dysfonctionnels. Ici et là, on achevait des blessés et sur un dernier hurlement, des vies disparaissaient pour faire face à la perfection du néant. Lui, recherchait quelque chose, quelqu'un lui ayant donné du mal... Il le trouva sous un morceau d'acier de plusieurs centaines de kilos qu'il dégagea d'un geste du pied presque négligent. La créature au teint rose en dessous gémis de douleur, une notion qu'avait oublié le seigneur nécron. D'un geste de son bras valide, le seigneur souleva l'officier humain mourant, lui arrachant quelques plaintes affaiblies. L'être organique cracha un glaviot ensanglanté sur le visage du seigneur nécron pour mieux s'évaporer immédiatement au contact du métal bouillant d'une source inconnue.

"Allez, achève moi, pourriture xenos, ça me rendra service." Le seigneur comprenait ces paroles. Ce langage primaire avait été analysé en à peine deux cycles solaires quotidiens par son système automatisé. D'un geste contrôlé, presque délicat, il reposa l'humain au sol. Celui-ci gémit doucement avant de clore les paupières. "J'aurais dû accepter, murmura-t-il lentement. Elle était si belle, cette garce. J'aurais vraiment dû accepter."

Le seigneur l'enjamba, pour mieux le toiser, avant de pointer la lame de son fauchard à quelques centimètres au dessus de son crâne.

"Mais t'y comprends rien toi, pas vrai ? Bien sûr que t'y...

- Je comprends", répondit une voix aussi glaciale qu'artificielle. Elle avait un timbre résonnant et métallique, semblable par certains aspects à celle des technoprêtres. La bouche du seigneur n'avait bien sûr pas bougée, le son était émis par une forme de synthétiseur vocal, ce qui achevait de rendre la réponse du seigneur xénos vide de toute trace d'émotion. C'était un son abominable. "Je comprends. Et je désapprouve."

Le nécron leva son fauchard, tandis que l'officier impérial souriait. "J'aurais dû accepter..." dit-il avant que la lame de l'être le plus puissant du sous-secteur ne lui transperce le crâne.






Le sergent Valerius de la Deathwatch était aux commandes de son land-speeder alors qu'il ressassait les données tactiques reçues des officiers de la Garde Impériale. Après leur défaite, ils s'étaient repliés derrière un vaste complexe de lignes de défenses fortifiées, renforcées et piégées, jusqu'à une forteresse préfabriquée qui avait le mérite d'avoir permis aux survivants de tenir bon. Des semaines durant ils avaient appelé des renforts, et s'ils n'étaient plus qu'une poignée quand la force de frappe tueuse de xénos était arrivée, cela avait suffit à ce qu'ils disposent d'une zone d'atterrissage sécurisée et fiable. Une réparation bien maigre, étant donné leur échec.

En ce moment même, les marines de l'Ordo Xénos renforçaient les défenses de leur propre matériel, acheminaient le ravitaillement en armes, munitions, et nourriture, et préparaient les prochains assauts et feintes qui leur permettrait d'écraser les nécrons de ce secteur une fois pour toute.

Arrivant au dessus d'une dune de sable noir, Valerius stoppa net les moteurs de son appareil. Devant lui s'étendait une vallée, immense, et arrivant sur une montagne aux proportions irréelle. Même s'il se trouvait à plusieurs dizaines de kilomètres de la montagne, il pouvait voir ce que les nécrons bâtissaient. Des demis cercles en forme de croissants de lune occupés en leur centre de ce même cristal étrange ornant le sommet des monolithes nécrons, et reposant sur un socle immense et d'une solidité à l'épreuve de bien des armes de l'Imperium. Des Pylônes à fission...

Faisant faire demi-tour à son véhicule, Valerius retourna sans délai au camp de base où l'attendait le frère capitaine Arbot. Immédiatement, le sergent descendit de son véhicule.

"Au rapport, sergent" dit l'officier space marine, attendant les précieuses informations dont ils allaient avoir si cruellement besoin.

"Il nous faut contacter la Legio Titanica, capitaine. Nous allons avoir besoin d'eux."




VOILA ! C'est tout pour ce soir. J'espère que vous me pardonnerez les fautes, car il est 3 heures du matin ici. J'espère que ça vous à plut, et que vous commenterez massivement ^^

Bonsoir à vous, et à vous les studios !


Dernière édition par Farmace le Mar 29 Jan - 3:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 19
Localisation : Vogsphère

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Lun 15 Oct - 9:24

Je n'étais pas allé dans cette section depuis longtemps faute de temps, mais aujourd'hui je reviens pour vous prodiguer de nouveaux conseils (mode se prend pour Gandalf of)!
Bon alors déjà ton texte est très bien, le récit est fluide et tu ne te perds pas dans des description inutiles... Et ce n'est qu'une raison de plus pour pointer tous ses défauts! Twisted Evil
N'étant pas très bon en orthographe je ne corrigerai pas les fautes et laisserai ce soin à d'autres.

Citation :
La dernière chose que Nellan avait vue avant que le sable et la poussière ne transforme ce champ de bataille en brouillard infernal était l'une des dernières machines nécrons répertoriées par l'Adeptus Mechanicus. Une console d'annihilation. Un terme standard que l'on aurait tout aussi bien put utiliser pour une arme d'une autre race. "Ils manquent vraiment d'imagination pour des penseurs

Ce détail est inutile et brise le rythme ; on ne sait pas si tu essaies de faire de l'humour ou de nous renseigner mais en plein combat, je ne sais pas si Nellan aurait le temps de penser à de telles futilités. Wink

Citation :
Son fauchard était trop lourd, et à chaque fois qu'il armait un coup, l'impérial avait le temps d'en asséner deux.

Ici tu as essayé de retranscrire la basse initiative des nécrons. Seulement voilà, cela rend le seigneur bien plus ridicule de l'imaginer peiner à lever sa propre arme ! Plus tôt tu disais qu'ils étaient plus lents que la mort, rend-le déterminé et fais-le jouer avec Nellan !

Citation :
Un son désagréable de crachotements et vibrations. Il fut soudainement survolé par une Walkyrie qui semblait aussi branlante et peu fiable qu'un chassa-bomba ork. L'ange hurleur. Freiya avait survécu finalement...
...Freiya lui fit un salut militaire à travers la vitre du poste de pilotage, puis dans un ciel saturé de fumées grasses et malodorantes, la Walkyrie disparue.

L'amour est le moteur des hommes et il est difficile de résister à la tentation d'en ajouter dans ses textes, mais je peux te dire sur Freiya :
-qu'on imagine plus facilement la prostituée dans un monde post-apocalyptique perdue dans une ville sinistre que le héros ne reverra jamais plutôt qu'une militaire
-que c'est une sal***, parce qu'une fille qui prend pas la peine de rejoindre son amant qui crève alors qu'il est à deux mètres ce n'est pas un parangon de vertu.

Citation :
Il s'est écrasé sur leurs lignes, flanc Est de la zone 4. Il a eu le temps de se faire cinq Leman Russ le fumier !

Il est méchant n'est-ce pas ? Non ici je reproche l'utilisation du terme ''fumier'' ; pas très approprié pour un soldat effrayé. Wink

Citation :
Des tirs de fusils à fission simples...

Je pense que tu remarqueras toi-même...

Citation :
Ici et là, on achevait des blessés et sur un dernier hurlement, des vies disparaissaient pour faire face à la perfection du néant.

J'imaginerais plus des nuées de scarabées engloutir les soldats. Mais c'est une question de goût.
De manière générale j'aime beaucoup ton texte, mais je pense que tu pourrais facilement l'améliorer. Essaie de plus nous faire rentrer dans les peurs du héros, dans sa douleur et ses pensées affolées et je suis sure que ton texte sera bien plus attirant. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Lun 15 Oct - 12:28

Tout d'abord, merci du compliment ^^


Pour ta première remarque, tu serais surpris de savoir ce a quoi on peut penser parfois dans le feu de l'action. Pour avoir été sur un "champ de bataille" en escrime médiévale et avoir été au coeur de l'action, je puis t'assurer que l'esprit vagabonde étrangement. Idem durant des compèt' sportives.

En ce qui concerne le passage du duel avec le seigneur, je n'ai pas tenté d'illustrer l'initiative du seigneur mais la règle "encombrant" qui accompagne désormais le fauchard. J'imagine que l'énorme force accompagnant cette arme ne va pas sans une certaine lourdeur. Aussi, si le seigneur nécron n'est pas "ridicule" dans son maniement, on imagine bien qu'un humain armée d'une épée relativement légère et poussé par l'adrénaline du combat surclassera un nécron armé d'un fauchard, du moins pour un temps.
Cela me semble cohérent.

Toutes les réponses concernant Freiya se trouvent dans un texte précédent, se positionnant exactement avant celui-ci, présent dans cette même section, intitulé "l'attente du guerrier". ^^ J'ajoute qu'elle est la pilote, et ne peut donc se permettre de quitter l'appareil qu'elle seule peut conduire alors qu'ils ne disposent que d'une minute ou deux.

Dans le feu de l'action, j'imagine bien un soldat jurer, et ce d'autant plus s'il éprouve à la fois peur, confusion, désir d'être précis dans son rapport tactique. Les soldats de tous lieux et tous temps sont connus pour leur gouaille et leur franc-parler après tout. ^^


Je t'accorde que la précision de tirs de "fusils à fission simple" est une précision inutile autant qu'un début d'incohérence, car effectivement, il faudrait avoir survécu à pas mal de batailles contre cet ennemi spécifique pour les différencier... Je vais y remédier.



Concernant les sentiments de Nellan, je l'ai imaginé avec une mentalité particulière. Il voit tout de façon tactique, ce n'est pas un officier pour rien. Ce n'est pas qu'il ignore la peur, mais qu'elle est pour lui une vieille compagne avec laquelle il appris à composer. L'idée de la mort ne l'effraie plus, car il l'a acceptée il y a longtemps, au cours de sa longue carrière dans laquelle il a vu de près des hommes et des femmes mourir de mille manières. Je ne voulais pas montrer sa terreur, au contraire, je voulait qu'on voit un homme qui crache au visage de son bourreau, sur une ultime bravade, et dont l'ultime regret est de ne pas s'être accordé un petit plaisir que je tairais ^^ Donc pas de pensées affolées pour lui. A présent j'attends ton jugement de l'autre texte ^^ Merci d'avoir commenté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 19
Localisation : Vogsphère

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Mar 16 Oct - 7:08

Je n'avais pas lu ton autre texte, c'est maintenant corrigé. ^^

Farmace a écrit:
Pour ta première remarque, tu serais surpris de savoir ce a quoi on peut penser parfois dans le feu de l'action. Pour avoir été sur un "champ de bataille" en escrime médiévale et avoir été au cœur de l'action, je puis t'assurer que l'esprit vagabonde étrangement. Idem durant des compèt' sportives.

Je veux bien te croire...

Citation :
En ce qui concerne le passage du duel avec le seigneur, je n'ai pas tenté d'illustrer l'initiative du seigneur mais la règle "encombrant" qui accompagne désormais le fauchard. J'imagine que l'énorme force accompagnant cette arme ne va pas sans une certaine lourdeur. Aussi, si le seigneur nécron n'est pas "ridicule" dans son maniement, on imagine bien qu'un humain armée d'une épée relativement légère et poussé par l'adrénaline du combat surclassera un nécron armé d'un fauchard, du moins pour un temps.
Cela me semble cohérent.

Oui pourquoi pas... Mais je trouve tout-de même cela rabaissant pour le seigneur. Le fauchard est lourd certes, mais la musculature surhumaine d'un nécron n'aurait probablement pas de mal à le soulever. On imagine mieux le tétraque faire des geste amples, impressionnants bien qu’inutiles, plutôt que peinant à lever son arme.

Citation :
Toutes les réponses concernant Freiya se trouvent dans un texte précédent, se positionnant exactement avant celui-ci, présent dans cette même section, intitulé "l'attente du guerrier". ^^ J'ajoute qu'elle est la pilote, et ne peut donc se permettre de quitter l'appareil qu'elle seule peut conduire alors qu'ils ne disposent que d'une minute ou deux.

Mais c'est encore pire! Elle ne l'aimait que pour une promotion mais c'est odieux (et ô combien réaliste)! Donc je reste sur mon jugement. ^^

Citation :
Dans le feu de l'action, j'imagine bien un soldat jurer, et ce d'autant plus s'il éprouve à la fois peur, confusion, désir d'être précis dans son rapport tactique. Les soldats de tous lieux et tous temps sont connus pour leur gouaille et leur franc-parler après tout. ^^

C'est pas faux (non ne t'inquiète pas je sais ce que veut dire gouaille ^^ ). Mais alors ajoute une petite description de sa voix pour retranscrire son état un peu ahuri, comme un enfant.

Citation :
Concernant les sentiments de Nellan, je l'ai imaginé avec une mentalité particulière. Il voit tout de façon tactique, ce n'est pas un officier pour rien. Ce n'est pas qu'il ignore la peur, mais qu'elle est pour lui une vieille compagne avec laquelle il appris à composer. L'idée de la mort ne l'effraie plus, car il l'a acceptée il y a longtemps, au cours de sa longue carrière dans laquelle il a vu de près des hommes et des femmes mourir de mille manières. Je ne voulais pas montrer sa terreur, au contraire, je voulait qu'on voit un homme qui crache au visage de son bourreau, sur une ultime bravade, et dont l'ultime regret est de ne pas s'être accordé un petit plaisir que je tairais ^^ Donc pas de pensées affolées pour lui. A présent j'attends ton jugement de l'autre texte ^^ Merci d'avoir commenté.

Ça se tient... Enfin bref ce message était plus une réponse qu'une réelle argumentation (enfin quand-même j'ai toujours du mal à accepter un seigneur qui ne sait pas faire tourbillonner son fauchard avec un air mesquin...), et si ton histoire est finie j'espère que tu en inventeras tout de même de nouvelles. Smile Bonne continuation!
Bon c'est pas tout ça mais ça m'a donné envie d'écrire sur les GI moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Mar 16 Oct - 7:22

Je te remercie du compliment ^^

En ce qui concerne le fauchard, je me suis mal exprimé semble-t-il : le représenter faisant des gestes amples et prenant du temps à être faits était l'idée. Je n'ai jamais voulu sous entendre que le seigneur avait du mal à le soulever mais que son poids impliquait que ses gestes, si précis et amples soient-ils, soient moins rapides. Dans l'idée j'imaginais la chose comme toi en fait ^^

Et peut-être écrirais-je quelque chose d'autre un jour prochain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seigneur_necron
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1031
Date d'inscription : 15/11/2009
Age : 21
Localisation : Le fier royaume de Belgique.

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Dim 13 Jan - 23:51

Au niveau du fauchard, je vous invite à aller à la page 82 du codex, et de lire le premier paragraphe en dessous de "fauchard". Effectivement, le fauchard, c'est gros lourd et aiguisé, mais, je cite " manié par la musculature mécanique infatigable d'un nécron, il devient une arme redoutable" Smile


Super texte, j'ai vraiment accroché, t'arrête surtout pas d'écrire ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Lun 14 Jan - 1:02

Merci du compliment Seigneur_Nécron !

J'ai bien conscience qu'un haut gradé parmi les puissances mécaniques doit pouvoir manipuler son arme, mais cela me semble toutefois logique qu'un homme, sous l'effet de l'adrénaline du combat, se révèle être plus vif, plus rapide, qu'un seigneur avec un fauchard.

Le but n'est pas de montrer le seigneur comme ayant du mal à manipuler sa propre arme, ce serait absurde, mais finalement de montrer la différence de style d'un guerrier maniant une épée courte et légère, avec celle d'un être puissant mais maniant une arme à la longue allonge, et forcé de faire des gestes amples et donc un peu plus lents que des vives estocades.

Si ce texte t'a tant plu, je te conseille d'aller lire son prologue, présent dans cette même section, et intitulé L'attente du guerrier.

Merci encore et à bientôt pour de nouvelles aventures !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seigneur_necron
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1031
Date d'inscription : 15/11/2009
Age : 21
Localisation : Le fier royaume de Belgique.

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Lun 14 Jan - 5:42

J'ai lu le prologue Smile Et j'ai même eu la chance de les lire dans l'ordre chronologique Razz
Tu devrais p-ê changer le titre des deux parties de l'histoire pour qu'on sache qu'elles se suivent .. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeaujeau63
Destroyer
Destroyer
avatar

Messages : 609
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 24
Localisation : Monde-tombeau de Kronus

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Lun 14 Jan - 8:06

Citation :
En ce qui concerne le passage du duel avec le seigneur, je n'ai pas tenté d'illustrer l'initiative du seigneur mais la règle "encombrant" qui accompagne désormais le fauchard.

*Player mode : on*

Hein ? Le Fauchard n'a pas la règle Encombrant, qu'est ce que c'est que cette histoire ? Shocked

*Player Mode : off*

Franchement, je ne pense pas que ce soit le poids du fauchard qui fait la lenteur de son porteur. Le fait que ce soit une arme longue force effectivement son porteur à faire des gestes plus amples, mais c'est surtout la nature mécanique du corps du nécron. A l'image d'un vieil ordinateur qui n'a plus ses performances des premiers jours, je pense que les processeurs nécrons ont un peu pris la poussière au cours des millénaires et sont devenus moins performants...

Continues comme ça, j'aime cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 19
Localisation : Vogsphère

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Lun 14 Jan - 8:12

Le fauchard n'est effectivement qu'une arme à deux mains. Elle ne possèdent aucune autre règle si ce n'est "mêlée" et "fléau des blindages". study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Lun 14 Jan - 11:22

Effectivement, mais à l'époque je l'ignorais (et quand j'y pense je vois pas en quoi une crosse d'alliance est plus encombrante qu'un fauchard mais ce n'est pas le propos).

Merci de ces encouragements. Je vous posterais sans doute l'histoire de ma dynastie ce soir ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1047
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 30
Localisation : Nosgoth

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Jeu 9 Mai - 5:30

Je vois que tout a largement été commenté, aussi je me contenterai de te féliciter pour le travail accompli. Smile

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Jeu 9 Mai - 10:54

Et bien merci beaucoup Raziel. Cela me fait très plaisir que mes écrits plaisent. Je ne sais pas encore quand je ferais le chapitre 4, mais que tu lises 2 de mes nouvelles en deux jours, c'est me faire un sacré compliment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1047
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 30
Localisation : Nosgoth

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Jeu 9 Mai - 13:25

Je sais ce que c'est que de travailler sur un texte de sa création, surtout pour défendre sa vision d'une armée qu'on aime, et le plaisir que l'on prend à être lu. Alors, étant moi-même dans cette position, je trouve plus que normal d'essayer donner ce que j'espère. Wink

Surtout que tes textes ne manquent pas d'originalité, et que tu ne te limite pas à renier complètement le nouveau codex. Tu te l'approprie, et tu le met à ta sauce (et à la sauce V3), ce qui est un vrai travail. Tout n'est pas parfait, on devine l'intention mais on sent que tu ne mets pas toujours autant de distance entre toi et ton œuvre qu'il le faudrait, que tes écrits manquent d'un peu de temps supplémentaire passé sur le métier.

Mais le potentiel est là, la lecture est déjà agréable, et l'auteur ma foi fort sympathique. Du coup, je ne vois pas pourquoi je te refuserai le plaisir d'être lu, et de formuler un retour ou deux. Smile

Les conseils qui t'ont été donné sont généralement bons, aussi n'hésite pas à en tenir compte pendant tes sessions d'écriture. Ah, si, petite remarque, je n'ai pas vu de "geste" particuliers, donc je suppose que tu voulais en réalité parler de "LA Geste", qui est en fait la forme contractée d'un genre littéraire médiéval, la chanson de geste, qui compte les exploits d'un héros (La chanson de Roland étant l'exemple le plus connu). Si je ne me trompe pas, le titre de ton chapitre serait donc plutôt "La geste du Soldat". Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Jeu 9 Mai - 22:27

Pour tout te dire, il s'agit bien d'un geste. Seulement lequel, là est tout le mystère. C'est une allusion que j'ai voulu glisser : est-ce une référence à son duel ? La dernière cigarette donnée par son subalterne ? Le salut donné par la pilote ? Chaque garde à qui il est fait référence ici est l'auteur d'une action que l'on pourrait considérer comme le geste en question. C'est plus un bon mot qu'autre chose (et je sais ce qu'est une geste mon ami ^^).

Je ne comprend pas ce que tu veux dire par "autant de distance entre ton oeuvre et toi" et "temps passé sur le métier". J'écris depuis fort longtemps pourtant (qu'est-ce que ça vaut, ça, je ne me hasarderais pas à me juger moi-même par soucis d'objectivité), même si j'avoue qu'il s'agit de Fantasy plutôt que de SF. Pourrais tu préciser ? Tes critiques sont bienvenues.

A bientôt sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1047
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 30
Localisation : Nosgoth

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Ven 10 Mai - 6:55

Hé bien, comment dire, dans ta façon de faire parler ou penser tes personnages transparaît, à l'occasion, ton opinion sur le changement du fluff Nécrons. Enfin, c'est ce qu'il me semble, à la lecture d'une réplique du genre :

Citation :
"Ils manquent vraiment d'imagination pour des penseurs"

Je ne crois pas qu'il ait été dit dans le fluff V3 que les Nécrons étaient des "penseurs", c'était d'ailleurs bien là le problème de cette version de leur historique : la civilisation la plus avancée de la galaxie passait pour une peuplade de demeurés mous du bulbe, et pas même fichus de parler. Heureusement que les C'tan étaient là, pour les empêcher de se brûler en mettant la tête dans un réacteur nucléaire pour faire friser leurs cheveux. affraid

C'est vraiment dommage, car en militant ainsi contre le nouveau codex dans un texte où cela n'a pas sa place, tu casses le feeling du fluff V3. Une telle critique aurait trouvé sa place dans la tête de ton personnage, s'il savait affronté le soi-disant génie Imothek par exemple, mais vu que tu renies en grande partie le codex V5 et qu'il n'y a pas de notion de réputation entre Nécrons V3, c'est tout simplement hors-sujet. confused

Cela se retrouve également dans le chapitre suivant :

Citation :
L'absence de pensée, le vide... Le néant. Le système à la fois neural et mécanique était inactif depuis longtemps, même si la lumière émise par les yeux, et les plaques pectorales faisant office de côtes, aurait pu laisser penser le contraire au profane.

Tout tiens dans la formulation et le choix des mots. Par exemple, tu aurais dis "un regard extérieur aurait pu être trompé et croire à l'existence d'une activité cérébrale", l'idée aurait été transmise sans problème. Mais là, tu parles de profane, sous-entendu quelque qui n'y connait finalement rien aux Nécrons. C'est à peine plus discret qu'une photo de Matt Ward au milieu d'une cible ! Laughing

C'est cela que j'entends par "manque de temps sur le métier". Tu pourrais davantage servir ta cause de défenseur du fluff V3, en gommant les éléments qui trahissent ta position tout en nuisant à l'immersion dans le texte. Enfin, c'est la façon dont je le ressens, peut-être suis-je le seul à le percevoir ainsi ! Neutral

Quoi qu'il en soit, c'est vraiment mineur hein, y'en a pas à toutes les lignes ! Ça tient plus de l'affinage que de la réécriture en profondeur.

Pour le coup de la geste, sait-on jamais, ce n'est pas non plus la forme littéraire la plus répandue, du coup j'ai préféré poser la question. Et comme il ne m'a pas semblé que ton texte était construit autour d'un geste en particuliers, j'ai douté de la pertinence du titre et ai donc soupçonné une référence à la chanson de geste. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Ven 10 Mai - 11:29

Dans le cas de ton premier exemple ou tu as mal compris ou je me suis mal exprimé (et je pense que c'est plutôt le second). Je suis parti du principe que les noms des unités pour nommer les nécrons étaient des appellations données par les membres du mechanicum après que lesdites unités aient été rencontrées puis répertoriées. En somme : on rencontre une race, eux = soldats de base - on parle pas leur langue - on sait pas comment ils se nomment - appelons ça "guerriers" et rajoutons nécrons, et ainsi de suite pour toute l'armée.

Or, "console d'annihilation" est un nom que je trouve plat. Il pourrait être employé pour n'importe quelle race tellement il est générique et peu marqué. J'ai voulu glisser une légère allusion comme quoi ceux qui avaient trouvés ce nom banalissime manquaient d'imagination, mais dans le cas présent il n'était pas question des nécrons mais des membres du mechanicum choisissant les noms. C'est un postula très personnel mais il ne m'a pas semblé trop grave.

En revanche je ne comprend pas du tout le second exemple : il me semble évident que je parle de quelqu'un qui n'y connais rien aux nécrons. Dans le cas présent ce n'est pas une allusion à quoi que ce soit, juste la volonté de transmettre un peu de mystère. En gros "on pourrais penser que la machine est active, mais seuls ceux qui auraient les moyens de le savoir pourraient infirmer cette idée". Pour le coup je ne comprends pas ce qui a put te faire penser que c''était une allusion pour le coup.

Merci pour tes retours quoi qu'il en soit. Et concernant ton texte je veux bien que tu me l'envoies. Un copier/coller à l'intérieur d'un MP est-il envisageable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1047
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 30
Localisation : Nosgoth

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Ven 10 Mai - 11:47

Aaaah d'accord ! Alors effectivement, je n'ai pas bien saisi, ma faute ! o/

Je sais pas, pourtant j'ai lu tes textes avant d'entendre parler de tes opinion personnelles, je ne sais pas pourquoi je l'ai perçu comme ça. J'ai cru effectivement que le colonel critiquait le choix du nom "Console d'annihilation" fait par les Nécrons, et que ça manquait d'originalité selon lui. Outre le fait que je suis parfaitement d'accord avec ça, j'avais totalement zappé que cette dénomination était attribuée à l'Adeptus Mechanicus, composé effectivement des techniciens et théologiens de la machine de l'Imperium, donc des penseurs. Mon dieu, je passe pour un gros crétin, et c'est bien mérité. |-


Pour le deuxième exemple, oui il est évident que tu parles de quelqu'un qui ne connait pas les Nécrons. Mais vu qu'il n'y avait pas de lien direct avec un personnage de la fiction, j'ai cru voir là une sorte d'aparté dans le texte. J'ai lu tant de textes sur le sujet, la plupart d'un niveau bien inférieur au tiens, que j'ai dû développer une forme de paranoïa. Excuse-moi si j'ai mal compris, dans ce cas vraiment rien à ajouter par rapport aux autres critiques déjà faites. Et, j'espère ne pas avoir été blessant en laissant entendre un manque de "professionnalisme" de ta part, car ce n'était pas du tout l'intention. J'ai observé sur moi-même ce dont je parle, ce qui m'a parfois conduit à réécrire des pages entières trop imprégnées de ma vie privée ou des mes opinions. /-

Bref, j'ai déjà relus plusieurs fois tes textes, et c'est toujours un plaisir. J'aime vraiment cette approche, qui consiste à présenter les Nécrons d'un point de vu extérieur sans pour autant le faire superficiellement, c'est très bien fait. Wink

Pour le copier-coller ça risque malheureusement de ne pas être possible, à cause de la mise en page et de la dimension de la nouvelle. Monolithe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Ven 10 Mai - 21:49

Je te rassure tu n'as pas du tout été blessant ou vexant, j'étais juste curieux de mieux comprendre ton propos. Du reste je pense que la première incompréhension est de mon fait et non du tient, le texte doit manquer de clarté je pense.

Le seul fait que tu ais présenté autant d'intérêts pour mes écrits est déjà flatteur pour moi. Je te file une adresse mail quelconque tantôt, car j'ai moi aussi bien envie de lire ton texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1047
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 30
Localisation : Nosgoth

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Ven 10 Mai - 22:16

Je te l'enverrai avec plaisir, car j'ai eu peu de retour sur elle (mais de qualité à chaque fois, ça compense un peu). Et avoir l'avis de quelqu'un qui a déjà plusieurs nouvelles et romans à son actif, ça ne se refuse pas. Smile

Oui, je manifeste de l'intérêt pour tes écrits, parce qu'ils sont plaisants à lire et que le traitement est des plus justes. Souvent, lorsque l'on parle d'entités dépourvues de personnalité, comme les Nécrons V3 et les Tyranides, le texte lui-même vient à en manquer. La force de ta nouvelle est d'arriver à ne pas faire des Nécrons de simple faire-valoirs : ils conservent cette aura de mystère et de danger, sans pour autant se résumer à une horde sans saveur.

On dira ce qu'on voudra de l'évolution de leur fluff, mais c'est préférable à certains excès du codex V5. On dirait que Matt Ward a donné la parole aux Nécrons, juste parce que c'était plus simple de raconter une histoire avec eux de cette façon. Résultat, on tombe dans la facilité par moment, en retrouvant des archétypes de personnages piochés ça et là. Et je ne parle même pas de La chute de Damnos, qui m'a beaucoup déçu.

Toi par contre, tu doses l'étrangeté et la méconnaissance que l'on a des Nécrons, ménageant les effets de surprise pour qu'ils tombent juste, sans que tu aies à en faire des tonnes. Pas besoin d'un long discours donc, quand le Seigneur se met subitement à parler, pour lâcher deux répliques concises et implacables. L'un de mes passages préférés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3315
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   Ven 28 Juin - 11:27

Ce message est destiné à Raziel, car à mesure que je relis mes anciens textes afin de m'en imprégner pour les nouveaux en préparation, je relis également les commentaires.

En premier lieu : j'ai bien reçu greed runner cette fois-ci, et je vais prendre mon temps pour la lire, car c'est presque plus un roman court qu'une longue nouvelle. Tu es un auteur productif l'ami ^^ (et il faut dire que je suis accaparé par ma lecture de La Bataille de Calth qui est passé de "presque chiant" à "ho bordel je veux la suite !"). Tout ça pour dire que je n'ai pas oublié de découvrir ton histoire. Autant de travail pour "peu de retours" comme tu dis, je sais à quel point c'est frustrant.

De la part de quelqu'un qui écrit et dont les opinions et critiques sont claires, détaillées, argumentées, bref, venant d'une personne d'expérience, je suis vraiment flatté. Merci encore.

A bientôt pour mes retours !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 2 : Le Geste du Soldat   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 2 : Le Geste du Soldat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 2 : Le Geste du Soldat
» [Fan-Fiction] L'Héritage: Tome 1, Sokar
» [Vente] Cycle complet A Tale of Champion/ Geste des Champions - VF
» il faut sauver le soldat ryan
» Composition du Chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Nécropole :: Background et projets :: Récits-
Sauter vers: