Le forum français Nécron du Jeu Warhammer 40.000
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le destin du Paria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
magostera
Scarabée
Scarabée
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2012
Age : 22
Localisation : Illkirch-Graffenstaden

MessageSujet: Le destin du Paria   Dim 25 Nov - 10:00


Dans les profondeurs du laboratoire, le "patient" s'éveilla. La douleur.... C'était son premier souvenir. Une douleur telle qu'il avait prié l'Empereur de mourir sur place. Mais rien ne s'était passé. Il avait souffert encore, et encore, jusqu'à ce que son cerveau martyrisé le fasse sombrer dans les ténèbres. Il se releva, et regarda autour de lui. Il était toujours dans cette pièce ou il s'était évanoui. Mais son bourreau avait disparu. Et il n'était plus paralysé. Il fit quelque pas, et, rassuré par son équilibre, il voulut se diriger vers la sortie. Il ne la trouva pas. La ou il avait la certitude d'avoir vu une ouverture, il n'y avait qu'un mur nu. Il entendit soudain un bruit de pas . Se retournant, il vit qu'une ouverture venait de se former dans le mur, et... Par l'Empereur, un monstre en sort ! Une atrocité au pattes de reptiles, avec la tête d'un lion et un corps recouvert de plumes noires ! Elle se déplaçait si discrètement qu'il avait failli ne pas l'entendre. Il recula pas à pas, tandis que la créature s'avançait de même...

Le tétrarque de Zantragora quitta des yeux l'écran de surveillance et se tourna vers l'Illuminor Szeras. Celui-ci consentit à détourner les yeux de son "patient".
« J'espère pour vous que votre création tiendra vos promesses, cryptek. Aucune défaillance ne sera toléré.
- Je n'ai jamais travaillé en vain, et ceci est ma plus belle réalisation. Elle ne vous décevra pas.

Le pauvre "patient" buta sur le mur derrière lui. La créature saisit cette opportunité et bondit, faisant claquer ses puissantes mâchoires.... Dans le vide. Avec une vitesse inhumaine, il avait exécuté une parfaite roulade qui le mena derrière la créature. Celle-ci feula, et se jeta de nouveau sur sa proie, qui éberlué par sa propre action, ne put empêcher le monstre de refermer ses crocs sur son bras. Un craquement se fit entendre lorsque les crocs se brisèrent. Sans s'interroger sur son absence de douleur ou le fait qu'il avait encore son bras, il balança son poing sur le crâne du monstre. Dans un bruit épouvantable, le crâne, de celui-ci vola en éclat, dispersant du sang, des morceaux de cervelle et de fluide. Il dégagea son bras, et se figea. Il se mit à trembler, refusant de croire ce qu'il voyait. Sa peau avait pris une teinte grisâtre...Et avant de redevenir souple et rose, il y vit distinctement la rigidité du métal. Il se prit la tête à deux main tandis que les souvenirs affluaient en lui. Il se nommait Erdeis, commandant du le 570e Cadien. Sur Atlas five, il avait engagé un féroce combat contre une flotte nécron qui tentait de s'emparer de la planète. Ses forces avaient lutté jusqu'au palais du gouverneur, ou il avait lui même vaincu les Factionnaires qui s'étaient infiltré grâce à un voile de ténèbres. Mais le combat avait tourné en sa défaveur lorsqu'un tir de lance spectrale lui avait arraché le bras. Son dernier souvenir était le tétrarque Nyazar qui abattait le gouverneur... Il frappa du poing sur le sol, y créant un impact. D'où lui venait ce savoir sur les nécron ? Comment connaissait-il le nom de ce seigneur ? Il resta prostré, les poings serrés et la rage au cœur contre ceux qui avait fait de lui un monstre. Que l'Empereur le pardonne...

Le tétrarque se leva de son siège et exprima sa satisfaction d'un mouvement de la main.
- Stabilité mentale à 95 % et capacités physiques à 80 %. Niveau de synchronisation chair/métal à 50 % au réveil et à 85 % lors du combat. Retombé à 60 % après le combat.
- Les paramètres prévu pour le réveil sont dépassé de 10 %. Beau travail, Cryptek.
- Seigneur, répondit Szeras, flatté de voir le tétrarque apprécier son travail, puisqu'il s'est montré performant, pourquoi ne pas l'essayer face à ceux-la ?
Un hologramme apparut, représentant un module d’atterrissage space marine qui filait dans l'atmosphère. si Nyazar avait possédé la possibilité de sourire, il l'aurait fait. Il donna une série d'ordre silencieux, désactivant les défenses du monde nécropole et relevant les gardiens de leur mission.
- Maintenant, allez préparez votre expérience pour son prochain test...


J'écrirais la suite plus tard, n'hésitez pas à donner vos impressions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3324
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Le destin du Paria   Dim 25 Nov - 15:00

En deux mots : pas mal.

Je reprendrais certaines formulations (je te donnerais le détail si tu le souhaites) et je suis tout particulièrement attiré par le sujet que tu abordes ici. Les parias figuraient parmi mes unités favorites en terme de fluff.
Quelques détails cependant : généralement il est admis que les parias avaient été départis des notions de sentiments. Je comprend que cela ajoute à l'aspect dramatique du récit mais tu obtiendrais selon moi un effet similaire en nous mettant face à une intelligence froide, calculatrice, soumise, et se souvenant très vaguement, par bribes, de ce qu'était son ancienne vie, de façon confuse. Un prénom, un lieu, une bataille indistincte... Tu vois le genre ?
Le jeu dawn of war laisse entendre qu'ils peuvent garder une forme de personnalité mais certainement pas la peur ou la surprise, l'aspect robotique ayant mentalement pris le dessus. Ensuite, les nécrons ne choisissent pas n'importes quels humains pour devenir parias mais un type de "mutants" très particuliers, que l'on pourrait nomme des "anti psychers". Les nécrons étant incapables de se mouvoir dans le warp, ils considèrent les menaces qui s'y trouvent comme tout particulièrement dangereuses (impossible de porter le combat chez l'ennemi), or, certains humains ont de naissance une faculté innée, celle de diminuer l'influence du warp autour d'eux. Exactement le contraire des psychers qui servent de canal au warp. Généralement ces humains sont d'ailleurs recrutés afin que leur aura négative serve les desseins des inquisiteurs, en devenant gardes du corps de ces derniers notamment. C'est ce type d'humain que les nécrons utilisent pour faire des parias, et il serait à mon sens sympa que tu précise cela pour ton ancien cadien.

Bonne continuation dans tes textes ! J'espère qu'on aura la suite bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magostera
Scarabée
Scarabée
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2012
Age : 22
Localisation : Illkirch-Graffenstaden

MessageSujet: Re: Le destin du Paria   Dim 25 Nov - 20:33

Merci pour ces informations fluffiques effectivement j'aurais du préciser qu'il était ce genre de mutant.
Et j'aimerais bien que tu puisse me précise les formulations qui sont à reprendre.

Pour le fait que ce paria la soit possède des sentiments et ses souvenir, je te conseille de relire le codex V5, la page sur les monde de Zantragora. Cela devrait éclaircir les choses à tes yeux je pense. J'ai presque finis d'écrire la suite, je la post dès que possible. ( Sur le même post ou dois-je en faire un bouveau pour la suite ? )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3324
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Le destin du Paria   Lun 26 Nov - 3:02

J'ai consulté le passage indiqué. Tu mélanges deux fluff différents. Les parias n'existent pas dans le nouveau codex, et le projet de la dynastie en question est de retourner à un état vivant. Créer un robot d'un nouveau genre n'est donc pas leur objectif. Je te cite l'ancien codex concernant les parias : "Fruits d'une effrayante symbiose entre technologie nécron et biologie humaine, les parias représentent l'ultime phase de l'idéal des C'tan pour cette Galaxie. Ces êtres artificiels d'une froide intelligence irradient une sensation de menace tangible. Masquant de leur présence les émanations psychiques et faisant brutalement prendre conscience à leurs ennemis de leur mortalité, les Parias incarnent toute l'horreur des nécrons".

Il serait donc incohérent de prendre les parias pour un projet de retour à la vie. Comme tu peux le lire, les parias, tout issus d'humains qu'ils sont, n'en sont pas moins nécronisés, et donc sans âme.

Pour les passages voici : "il vit qu'une ouverture venait de se former dans le mur, et... Par l'Empereur, un monstre en sort !" = tu passes du passé simple au présent d'un seul coup, et du point de vue d'un narrateur à celui du personnage, sans transition. A priori j'écrirais plutôt = "Il vit le mur bouger, se modifier et révéler une créature de cauchemar au faciès abominable. "Par l'Empereur !" s'exclama muettement le cobaye, alors que la créature fondait sur lui."

"le pauvre patient" = ça ne passe pas. le terme "pauvre" donne un sentiment d'empathie que le narrateur n'avais jusqu'à présent jamais eu. La narration avait en effet toujours été purement descriptive et cela induit une incohérence narrative.

Une petite incohérence scénaristique selon moi lorsque Szeras est "flatté". On parle d'un scientifique plusieurs fois millénaire, et je me permet de supposer qu'au point où il en est les compliments lui passent au dessus, même s'il a de l'orgueil. En effet, tu lui fait dire "je ne travaille jamais vainement" donc on suppose un certain orgueil justement, et je verrais plus une réaction du genre "s'il avait eu des lèvres pour le faire, Szeras aurait sourit. Ne répondant rien, il se contenta de fixer l'écran de données, ignorant les plaintes éructées par le synthétiseur vocal de sa dernière oeuvre. "Bon travail"... Il n'avait pas besoin qu'on le lui dise ; ses œuvres parlaient d'elles mêmes, et un esprit brillant comme le sien se passait fort aisément de compliments stériles qui' n'auraient été propres à émouvoir que des esprits jeunes et peu sûr d'eux. Savoir que son maître était satisfait était cependant une donnée précieuse, qu'il enregistra, dans l'idée de peut-être un jour l'utiliser à son avantage".

Voila, qu'en penses tu ?

Pour ta dernière question : tu peux reprendre ce même texte en cliquant sur "éditer" en haut à droite. Mais ce n'est pas à proprement parler une obligation, tu peux poster dans un nouveau sujet ou dans un commentaire si tu le souhaites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mesmero_(statse)
prétoriens
prétoriens
avatar

Messages : 2312
Date d'inscription : 31/10/2011
Age : 25
Localisation : zegema beach

MessageSujet: Re: Le destin du Paria   Lun 26 Nov - 4:05

Le fait que les parias ne soient plus décrit dans le nouveau fluff n'empêche pas de reprendre le concept (un hybride organique/robot) pour le faire passer en V5. Cela peut correspondre à la quete de la dynastie, de même que les fanatiques du dieux machines passent progressivement d'homme à machine on peut supposer que les chercheurs nécrons étudient la chose pour passer progressivement de machine à homme en changeant des organes.

Et même dans l'optique d'en faire des soldats, un prototype qui conserverais une part de sa conscience pour le rendre plus polyvalent et independant n'est pas impossible. les seigneur nécrons ayant concervé leur consciences ils savent qu'un guerrier dépourvut d'initiative est inutile pour remplir les missions délicates.

bref fluffiquement ça me va, ce n'est juste pas les même parias qu'en V3.
Pour les remarque sur la formulation dans l'ensemble je suis d'accord. Juste le "pauvre cobaye" qui peut etre gardé selon la manière dont se poursuivra le récit.

sinon c'est à toi de voir si tu préfère qu'on lise ton récit d'une traite ou que l'on suivent les remarques au fure et à mesure.

_________________
"We are the dalek.

EXTERMINATE    EXTERMINATE"


"We are borg, you will be assimilated, there's no way to resist"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magostera
Scarabée
Scarabée
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2012
Age : 22
Localisation : Illkirch-Graffenstaden

MessageSujet: Re: Le destin du Paria   Lun 26 Nov - 7:30

Merci pour les remarques. En effet, j'ai pas réussi à transcrire assez bien la mentalité nécron, bon après c'est mon premier récit. Je vais me repencher sur ma suite afin de la perfectionner.

EDIT : Et ta version est juste parfaite. Je m'en veux presque de ne pas avoir fait un truc comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magostera
Scarabée
Scarabée
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2012
Age : 22
Localisation : Illkirch-Graffenstaden

MessageSujet: Le destin du Paria (suite)   Mer 28 Nov - 7:32

Un ordre silencieux le fit se relever et se diriger vers l'ouverture dans le mur, le dirigeant dans les couloirs métalliques. Il laissa son corps avancer mécaniquement tandis que son esprit vagabondait, explorant les nouvelles possibilités qui lui était ouvertes. Bien qu'il répugna à l'admettre, son esprit était plus vif et rapide qu'il ne l'était avant. Ses souvenirs étaient plus clairs, ses pensées plus précises... Il voulut tester sa liberté de mouvement, et en constata vite les limites, car il reçut une foudroyante décharge lorsqu'il tenta de cesser d'avancer. Visiblement, songea-t-il, amer, je ne suis plus qu'un pantin au fils de titane, certes souples, mais indestructibles. Il revint au présent lorsqu'il constata qu'il s'était arrêté. Il passa un regard sur ce qui l'entourait et découvrit une vaste armurerie, dont les armes étaient frappées du glyphe de la dynastie régnant sur Zantragora. Lame de néant, Fauchard, Projecteur à particule et tant d'autres. Il n'avait jamais vu la plupart de ses armes, mais pourtant il en connaissait les noms et n'ignorait rien de leur maniement. Malgré son dégoût et le souvenir de ces armes décimant ses hommes, il ne put s'empêcher, en temps que combattant chevronné, d'en admirer l'élégance mortelle. Une vrille de douleur s'enfonça dans son crâne, véhiculant une sorte « d’impatience », puis se retira. Proférant un juron à faire rougir un inquisiteur, il saisit un fauchard, deux lames de néant qu'il glissa à sa ceinture, une arbalète à tachyon qu'il se fixa au poignet, et un disrupteur de phase compléta le tout. A l'instant ou il termina, son corps se remit à agir indépendamment de sa volonté. Il remarqua cependant que l'équipement qu'il portait ne lui semblait pas bien lourd. De plus, la taille du fauchard lui semblait étrange. Il avait le souvenir d'une arme presque plus grande que son possesseur nécron, et un nécron dépassait allègrement les 2 mètres de haut. Il comprit alors que c'était lui-même qui avait grandi. Son nouveau corps était réellement supérieur à l'ancien sur bien des aspects. Mais au moins il n'était alors l'esclave de personne. Vraiment ? Lui chuchota une petite voix dans un recoin de son esprit. Pas même d'un Empereur fantôme, toujours sourd à tes prières, et indifférent à ton sort et celui de tes hommes ? Cesse de penser ainsi ! S'ordonna-t-il. Ces propos sont indigne d'un servant de l'Imperium, d'un commandant de la Garde impériale ! Mais il eu beau se le répéter, la voix de ses doutes ne cessait de susurrer sous son crâne tandis que son corps avançait le long des couloirs métalliques...

Les Ultramarines avançaient dans la végétation avec la prudence des vétérans, scrutant le terrain à la recherche du moindre mouvement trahissant une approche ennemie. 10 Spaces marines, tous armés d'épées et hache énergétiques, de pistolets à plasma pour le combat à distance, et de bombes à fusions pour les cibles coriaces ou trop nombreuses. Un tel surarmement est du à l'incroyable robustesse des nécrons, rendant obligatoire l'usage d'armes lourdes pour en venir à bout rapidement. Leur sens améliorés les gardaient d'une attaque surprise, et leurs armes étaient prêtes à servir. Pourtant, rien ne bougeait. Aucun automate métallique ne jaillissait d'un fourré, aucune monstruosité mécanique ne se jetait sur eux. Le capitaine se prit à espérer que les nécrons ne les avaient pas repéré. La surprise était le point essentiel de cet frappe chirurgicale, dont le but était la destruction des seigneurs nécrons. La Garde impériale avait récemment subi de lourds revers dans le secteur, la réussite des Spaces marines permettrait un repos vital pour les troupes humaines. Ils n'avaient pas le droit d 'échouer...

Les Astartes ne pouvaient le savoir, mais chacun de leurs mouvements étaient espionnés par des nanoscarabés dissimulés dans l'abondante végétation. Szeras avait déjà conclu que les génos-engendrés se dirigeaient vers la tombe principale. Il choisit de ne pas informer le tétrarque de sa décision d'en conserver un vivant. Lorsque celui-ci aura constaté l 'efficacité martiale de sa créature, il sera dans de bien meilleures dispositions pour accepter de concéder un salaire supplémentaire. Il était curieux de voir les réactions de son « patient », celui-ci possédant des souvenirs très fort impliquant les génos-engendrés. Une excellente occasion de vérifier la solidité des manipulations engrammatiques effectuées lors du biotransfert, songea-t-il, satisfait. Le test allait pouvoir débuter...


Voila la suite, les commentaires sont toujours bienvenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mesmero
"Le Roi Silencieux"

avatar

Messages : 3077
Date d'inscription : 11/05/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: Le destin du Paria   Mer 28 Nov - 9:29

Merci de posté les suites de texte à la suite des textes originaux pas besoin de créé un nouveau topic Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://necrons.forumactif.com
magostera
Scarabée
Scarabée
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2012
Age : 22
Localisation : Illkirch-Graffenstaden

MessageSujet: Re: Le destin du Paria   Mer 28 Nov - 9:41

Ok j'ai compris. Merci de l'info.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magostera
Scarabée
Scarabée
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2012
Age : 22
Localisation : Illkirch-Graffenstaden

MessageSujet: Re: Le destin du Paria   Lun 3 Déc - 3:00

Lorsqu'il émergea à l'air libre, la sensation du vent sur sa peau le fit frissonner. La caresse du soleil lui fit l'effet d'une drogue, et il resta un moment à savourer cette douce chaleur. Un bruit le tira de sa torpeur. Un bruit de pas, indéniablement. Il voulut se concentrer pour entendre mieux et le bruit devint immédiatement beaucoup plus puissant. Surpris, il cessa de se concentrer, et le son redevint plus faible, même si sa source se rapprochait peu à peu. Mû par une impulsion, il se glissa dans un renfoncement du mur de métal vivant, qui se déploya devant lui comme un miroir sans tain. Il voyait et entendait tout ce qui se trouvait devant lui, mais personne ne pouvait le voir ou l'entendre. Il patienta en faisant tourner son fauchard entre ses doigts. Tenir une arme l'avait toujours rassuré, quelle que soit la situation. Il releva la tête pour voir arriver la source des bruits, et découvrit avec stupéfaction une dizaine d'Ultramarines, les Élus de l'Empereur. Il les examina plus attentivement, et remarqua l'insigne sur leurs épaulières. Alors il lâcha son fauchard et se prit la tête à deux mains, paralysé par le maelström d'émotion qui affluait en lui.
« Non, gémit-il. Pas eux. Pas lui...
Les souvenirs se déversèrent comme l'eau qui à brisé son barrage. Le siège d'Arkhados par les Orks. L'arrivé providentielle des Ultramarines, qui avait retourné la situation. Lui-même, menant ses soldats pour aider les surhommes prit au piège des lignes ennemies. Sa lame décapitant l'immense ork qui tentait de prendre le capitaine Darius à revers. Après la bataille, sa fierté lorsque le space marine avait déclaré : "L'Empereur m'en est témoin, cet homme aurait mérité d'être un fils d'Ultramar". Tout cela, il s'en souvenait, et ces souvenirs luttait contre les injonctions des xenos.

Szeras senti un léger sentiment d'agacement le gagner. La stabilité mentale du sujet s'était brusquement dégradée. Le conflit entre les manipulations engrammatiques et les souvenirs engendraient une dangereuse instabilité. Il tenta de reprendre le contrôle par la force, mais échoua. Le cryptek analysa les nouvelles données. L'esprit du sujet se révélait bien plus souple que prévu, et dévoilait une étrange résistance à la manipulation mentale. Il allait devoir opérer différemment...

Le capitaine aperçue l'entrée de la nécropole. Les Spaces marines allaient pouvoir frapper. Le groupe s'approcha prudemment, et ne découvrirent pas un seul garde. Mais un tombeau ouvert.
« Je n'aime pas ça. Grommela le sergent. Sa m'a tout l'air d'un piège.
- C'est aussi mon avis, approuva le capitaine. Faisons demi-tours et trouvons un autre point d'accès...
- Attention, droit dev...
Darius eut à peine le temps de se tourner vers son frère de bataille que la tête de celui-ci explosa, désintégrée par un éclair métallique qui tua de la même manière deux autres Ultramarines.
Ce bref instant de stupéfaction suffit à l'ennemi. Une silhouette jaillit d'un mur de la tombe et frappa dans un grand mouvement ascendant. Deux moitiés de space marine en armure tombèrent en répandant une mare écarlate. Le plus proche tenta de faire feu de son pistolet.
Le tir passa au travers de sa cible sans aucun dommage. La main tranchée de l'Ultramarine vola dans les airs, les doigts encore crispés sur la détente, et le fauchard transperça le corps de part et d'autre puis remonta vers la tête d’où il jaillit dans un arc sanglant. Le capitaine dégaina et recula d'un bond, suivit de peu par les survivants de l'escouade. Darius n'en revenait pas. En aussi peu de temps, la moitié de son escouade d'assaut... Il examina attentivement l'adversaire qui leur faisait face.
Un homme, bien plus grand et large que n'importe quel autre, presque plus grand qu'un space marine, tenant un fauchard en main et deux armes plus petites à la ceinture. Sur son poignet droit, un étrange dispositif d’où était parti l'éclair meurtrier. Il était vêtu simplement, sans armure ou protection, à l'exception d'un discret pendentif. Sans doute la raison pour laquelle le tir l'avait traversé sans dommage. Son visage ne reflétait aucune émotion, mais dans ses yeux, le capitaine crut lire du désespoir. Le sergent utilisa le micro du casque pour parler au capitaine.
- Capitaine, la mission est un échec. Je me charge de le retenir pendant que vous retournez au point d'extraction avec les autres.
- Négatif. Ce monstre est trop dangereux. Nous l'abattront avant de battre en retraite. Terminé.

Szeras admira le résultat. La manipulation nécessaire pour contraindre son expérience à se battre était sans doute la plus subtile qu'il ait jamais accomplis jusque là. Séparer l'esprit en deux, avec les capacités martiales d'un côté, et les sentiments inutiles de l'autre avait réclamé un doigté que lui seul possédait. Pas un seul de ses confrères n'aurait put accomplir cela. Et même lui devait constamment en surveiller l'évolution, car l'équilibre était fragile et le moindre faux-pas entrainerait au mieux la destructions de l'esprit du sujet, au pire sa libération. Il sentait la satisfaction qui émanait du tétrarque, et la jalousie empreinte de respect de la cour royale, qui assistait également à la scène grâce au nanoscarabés espions. Ce projet avait mobilisé une quantité phénoménale de ressource, et il savait que les nobles n'aurait pas laissé la possibilité de se débarrasser de lui en cas d'échec. Mais cela n'arriverait pas.
- Seigneur, je demande à garder l'un des inférieurs vivant en tant que rémunération pour mes services.
Des nobles émana une vague d'irritation. Le cryptek avait déjà été somptueusement récompensé. Cependant, le tétrarque ne prévoyait pas de se séparer tout de suite de l'Illuminor. Le laisser obtenir ce qu'il voulait était la meilleure manière de le conserver à ses côtés. Il connaissait bien l'avidité du cryptek.
- Très bien. Vous avez mon consentement.
Satisfait, Szeras retourna au contrôle de sa création. Après tout le test n'était pas terminé...

Voila, j'ai fini d'écrire la suite. Hésitez pas pour les commentaires, je connais bien le fluff nécrons mais pour le reste je suis un peu à la bourre. ( Ex:l'attitude des Ultras est elle juste fluffiquement ? Je suis pas sûr... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le destin du Paria   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le destin du Paria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le destin du Paria
» La campagne de l'été : la couronne du destin...
» Projet BD GiF: Le Destin de Tarkel Prime
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» Campagne Mondiale! "la couronne du destin" [été 20

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Nécropole :: Background et projets :: Récits-
Sauter vers: