Le forum français Nécron du Jeu Warhammer 40.000
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Lun 15 Juin - 14:56

Drusille avait déjà été retenue captive, à bien des reprises, au cours de sa carrière au service de l'Inquisition. Elle avait eu l'occasion d'expérimenter des situations pour le moins inconfortables : interrogatoires, tortures physiques et psychologiques, hypnose forcée ou encore attaque psychique. Au fil de ces épreuves et avec un entrainement rigoureux, son esprit s"était blindé contre pratiquement tout ce que l'on pouvait lui faire subir. Pratiquement... L'une des exceptions était d'être enfermée dans la même pièce qu'Azador Valdenrac.

Elle le haïssait de chaque fibre de son être.

Ce qui avait commencé comme une banale animosité entre deux interrogateurs servant des maîtres essayant systématiquement de se nuire l'un l'autre avait finit par évoluer en une véritable rivalité meurtrière. Ils s'étaient rencontrés sur d'innombrables terrains d'opération, parfois par hasard, parfois parce qu'ils étaient mutuellement censés s'assassiner ou faire échouer les plans de leur homologue. Le fait de s'être tenus en échec si longtemps avait finit par prendre l'apparence d'une forme de moquerie cosmique. Mais là où Azador prenait sa rage comme une énergie à exploiter, Drusille avait manqué à plusieurs reprises de se laisser consumer. Elle s'était même laissée aller à désobéir aux ordres. Une fois. Si aimable qu'il ait pu être, son maître lui avait gentiment fait comprendre qu'un autre écart ne serait toléré que de façon très "approximative".

Azador se tenait face à elle, immobile, ayant sur le visage cet air perpétuellement égal qui enrageait tant Drusille. Si elle avait pu s'avancer ne serait-ce que de quelques centimètres, elle aurait tenté de lui arracher la jugulaire avec les dents. Elle ne le pouvait pas. Trop bien entravée... Azador n'avait pas la mémoire courte : elle lui avait laissé une cicatrice hideuse lors d'un précédent essai. Il ne l'avait plus à présent. Il était probable que son damné seigneur Talaran avait ordonné en personne qu'on la lui enlève, non par coquetterie mais par volonté de lui ôter tout signe distinctif reconnaissable. Être reconnaissable dans ce milieux signifiait la mort, et si Talaran avait la réputation d'être un joueur n'hésitant pas un instant à sacrifier ses pions, il n'était pas assez bêtement calculateur pour ne pas tenter de préserver ses bons éléments. Du reste, sur son plateau de Régicide, Azador n'était pas un pion. Il était son fou, bien plus probablement.

Elle ne l'admettrait jamais, mais parmi toutes les raisons qui motivaient sa haine à l'encontre de son homologue, résidait le fait qu'elle le trouvait meilleur qu'elle. Ce salopard était brillant.

Drusille n'essayait pas de se défaire de ses nombreux liens. Elle savait que son geôlier les maîtrisait trop bien et que tenter de se dégager ne ferait que renforcer leur très inconfortable étreinte. Il avait fait fait griller l'intégralité de ses implants internes avec un projecteur de radiations d'origine médicale ayant été légèrement surchargé. La pièce était isolé psychiquement autant que la technologie le permettait, malgré le fait que Drusille n'ait jamais rien eu d'une Psyker. Il lui avait également fait retirer ses doses de poison dissimulée dans un faux doigt creux ainsi que dans un mécanisme basique intégré à une de ses dents. L'interrogateur avait bien mené son affaire. Patienter était une obligation.

- Je serais malhonnête si je prétendais avoir été surpris, Drusille. Tu es une menace pour mes opérations depuis, quoi, dix ans ? Plus ? Néanmoins, je reste curieux de savoir comment tu as eu vent d'une mission dont pratiquement personne n'a été informé, sans trace écrite ni la moindre utilisation de cristal de données. On sait tous les deux que c'est déplaisant et inutile ; et je n'ai aucune envie de te torturer. Aucune.
- Cela constitue déjà une différence majeure entre nous, répondit-elle d'un ton calme et parfaitement posé. Même avec un cure-dent pour unique accessoire je saurais faire preuve de pas mal d'imagination à ton égard.
- Tu es une personne sinistre, Drusille, répondit-il sans se démonter. J'ai compris ça depuis l'affaire du culte Eldar sur Vera XXVII.
- Coïncidence : je veux te voir crever précisément depuis cette histoire.
- C'est un mensonge : tu veux me voir mort depuis que j'ai tué ton amant sur Exillisae.

Azador n'avait pas prononcé cette phrase en souriant, ni n'avait employé un ton laissant deviner la moindre satisfaction découlant de cette affirmation. C'était le froid et analytique établissement d'un fait. Drusille garda une apparence calme, et bien des néophytes se seraient laissés prendre par cette expression neutre et glacée qui était la sienne. L'interrogateur, lui, n'eut pas la moindre incertitude quant au fait qu'elle fulminait à cette évocation. Drusille était tombée amoureuse de l'un de ses collègues de travail ayant servi avec elles sur de nombreux mondes. Le danger et la douleur les avait rapprochés, puis tout avait pris fin lorsqu'il avait pris une boisson qui ne lui était pas destinée...

***

Le Space Wolf et le Blood Angel regardaient la scène par l'intermédiaire d'un écran. Sandro, poussé par un tempérament curieux, désirait savoir comment Azador allait se comporter avec une personne de rang égal au sien placée dans une situation si inconfortable. Il répugnait à admettre ce genre de chose, mais en vérité il était également là pour profiter du plaisir malsain de voir sa geôlière à son tour enfermée. Il avait été piqué dans son orgueil.

Wulfric, lui, faisait preuve d'un pragmatisme parfaitement Fenrissien : il voulait être présent en cas de coup fourré. Les membres de l'Inquisition en étaient les spécialistes, dissimulant toujours un pouvoir ou un objet dépositaire d'une capacité inconnue. Azador en avait lui-même fait la preuve au cours de leur mission, avec son arme bizarre.

- Sur Baal, lorsque j'étais enfant, commença doucement Sandro, nous organisions des batailles d'insectes et d'arachnides. Les principaux survivants de la faune de notre monde. Ils se tournaient autour, feintaient, attaquaient, recommençaient... Je n'ai aucun souvenir de mes géniteurs, mais je me rappelle ces combats... C'est étrange. Quand je regarde ces deux mortels j'ai comme une réminiscence... Scorpion et araignée tentant mutuellement de se dévorer.

Wulfric ne répondit rien. La seule chose que cette scène lui inspirait était le dégoût.

Combien de ressources étaient-elles gâchées à chaque minute dans l'immense Imperium de l'humanité par ces conflits internes et ces querelles de pouvoir sans intérêt ? Combien de temps perdu ? De personnel de valeur employé à si mauvais escient ?!

En tant que membre permanent de la Deathwatch il était le premier à reconnaître l'utilité de l'Inquisition. La lutte contre l'Ennemi Intérieur était de tous les instants ; celle contre les abominations du Maleficarum était vitale ; celle contre les Xénos de tous horizons essentielle. Cela le mortifiait donc d'autant plus de voir ceux qui auraient dû œuvrer main dans la main se tirer dans les jambes pour des raisons trop souvent futiles.

Le fils de Russ n'avait aucune peine à imaginer à quel point le détestable Talaran pouvait aisément se faire des ennemis. Malgré tout, pousser un autre seigneur inquisiteur dans une lutte à mort contre lui, cela relevait d'un niveau dont il ne pouvait comprendre les implications. Il s'était déjà battu avec des Space Marines d'autres chapitres, mais jamais au grand jamais il n'aurait mis leur vie en danger. Un duel mettait généralement un terme aux conflits.

- Ils sont presque amusants à observer, reprit Sandro. Mais je doute que cet interrogatoire donne quoi que soit. Pour le moment il la teste. Qu'en penses-tu ?
- Je vais aller voir l'apothicaire, il m'a dit que l'état de Tenaka ne s'améliorait pas.

Sandro eut un sourire sans joie.

- Wulfric, mon ami, tu seras éternellement fait pour le terrain, qu'il s'agisse de celui d'entrainement ou du champ de bataille. Ces considérations t'échapperont toujours.
- Si j'avais du temps à perdre en discours, en négociations, ou en politique, dit il en crachant ce dernier mot comme une injure, je serais bon pour travailler chez les fils de Guilliman.

Le Blood Angel n'eut pas le temps de répondre : les sirènes d'alertes du vaisseau se mirent à retentir alors que des lumières rouges au halo vermillon angoissant remplaçaient les éclairages classiques des lumiglobes du couloir.

Il ne fallut qu'un instant pour que les deux Space Marines soient prêts à répliquer à une attaque pouvant venir de tout côté. Ce fut insuffisant. Lorsque les cinq silhouettes métalliques furent téléportées juste en face d'eux, ils n'eurent que le temps de tirer une petite salve chacun, avant d'être projetés en arrière par des tirs à la capacité de perforation d'un niveau jusqu'alors inédit pour eux. Le choc fut brutal. La réaction : instantanée. Sans la protection exceptionnelle de leur armure, ils seraient probablement morts sur le coup.

Des rafales du bolter combiné fuseur de Wulfric partirent s'écraser sur la masse métallique de l'escouade ennemie, tandis que des bolts délivrés avec précision jaillissaient du pistolet de Sandro. La moitié d'une seconde fut le temps qu'il leur fallut pour se relever et dégainer leurs armes énergétiques. Autour d'eux, il n'y avait qu'une pièce incontestablement vide. Les capteurs thermiques de leurs casques, les détecteurs de mouvements, les capteurs à infrarouges ou même leur instinct... tout convergeait vers une unique conclusion. Il n'y avait plus personne.

- Qu'est-ce que c'était que ça ? Demanda Sandro d'un ton dans lequel pouvait se deviner la méfiance et la surprise.
- Le terrain, répondit Wulfric.

***

Gregor et Ambrosius se trouvaient chacun dans leurs quartiers au moment où l'alerte secoua le vaisseau. L'armure du Black Templar avait encore besoin de quelques ajustements, mais elle était prête pour de nouveaux combats. Malgré son exceptionnelle capacité à survivre même dépourvu de toute protection, il était heureux de pouvoir se reposer sur son armure. Il commençait à reconnaître avec humilité tout le danger que l'ennemi pouvait représenter.

- Ici Wulfric ! Résonna une voix sur le réseau vox de tout le vaisseau. Nous avons des clandestins, armés et dangereux à l'intérieur, type "traqueurs". Nolt, Gregor, Ryanor, et Ambrosius, convergez immédiatement vers la salle où se trouve le colis ! Sandro et moi vous rejoindrons sous peu.

Le Hammer of Dorn et le Black Templar furent sur place en moins de quatre minutes, mais ils constatèrent que Ryanor les avait devancé.

- Ce type est un fantôme, cracha Gregor avec un ton trahissant une admiration certaine.

Tous réunis autour du caisson, les trois Space Marines attendirent sans un mot, armes au poing, prêts à réagir à tout ce qui se présenterait à eux ; Nolt n'arrivait pas.

***

- Capitaine ? résonna la voix du Son of Medusa dans le casque de Wulfric.

Sur le sol reposait la carcasse de l'un des assaillants. Ils avaient tenté un second assaut, jaillissant de nulle part, et le visant spécifiquement lui plutôt que Sandro. Ils avaient sans aucun doute compris qu'il était aux commandes. De son œil unique ne renvoyant plus aucune lumière, le visage cyclopéen du Traqueur semblait fixer le fils de Russ avec une insistance meurtrière malgré le fait qu'il était incontestablement détruit. Un tir de fuseur chanceux l'avait éparpillé ; les autres avaient une nouvelle fois disparus sans qu'aucun des deux Marines ne puisse voir où, mais surtout comment. Pour peu que cela fut possible, ce visage étaient encore plus inexpressif que celui des autres Nécrons que Wulfric avait pu voir de près.

- Capitaine Wulfric ? Nolt au rapport.
- Je te reçois, dis distraitement le capitaine. Les autres sont avec toi ?
- Négatif, capitaine. Je n'ai pas rejoint le point indiqué.
- Explique toi, et fais vite, dit alors le capitaine d'un ton menaçant.
- Quelque chose ne va pas avec cette attaque. J'ai recoupé et analysé l'intégralité de leurs tactiques immédiates depuis que nous sommes descendus sur leur monde. A priori, ils devraient tout faire pour récupérer le caisson, c'est ce qu'ils ont toujours fait...
- Et c'est pourquoi tu devrais déjà être avec les autres !
- Capitaine, est-ce que vous en avez abattus un ? Ou plusieurs ?
- Oui, un. Et après ?
- A-t-il disparu ? Ou s'est-il reformé ?

Wulfric resta sans voix. Il avait eut l'occasion de le constater à chaque fois, y compris dans la crypte : les Nécrons endommagés au delà de leur capacité à s'autoréparer disparaissaient systématiquement. Il n'y avait jamais eu la moindre exception. Très probablement étaient-ils amenés là où ils pouvaient être réparés. Au cœur des cryptes. Mais ils étaient dans le Warp, et les Nécrons en étaient l'antithèse. Leur technologie pouvait traverser les frontières de la réalité, mais l'Immaterium leur était à jamais interdit.

- Vous comprenez ? demanda Nolt de son ton froid et analytique. Même s'ils nous éliminent ils ne peuvent pas sortir d'ici pour le moment. Leur cible prioritaire n'est pas le caisson !
- Oh Père de Tout... gémit le Space Wolf en comprenant trop tard. Passerelle ?! Capitaine ?! Répondez bon sang !

Lui et Sandro sentirent avec brutalité le changement d'atmosphère. Ils venaient de quitter le Warp.

***

Les cinq Traqueurs qui avaient été laissés pour s'occuper du chef des mortels avaient reportés la perte d'un des leurs par un canal dont la seule technologie aurait simplifié les communications à l'échelle de l'Imperium entier. Les données n'étaient pas rapides, à ce niveau là elles étaient purement et simplement téléportées.

Pour eux, cela n'était qu'une norme.

Parmi les cinq chargés de l'immobilisation du vaisseau se trouvait un Cryptec, détenteur de quelque chose de primordial.

La passerelle de commandement du vaisseau était un charnier incroyablement propre. Pas de grandes éclaboussures de sang, ni de membres arrachés ou de traces particulièrement visibles. Les nombreux cadavres qui reposaient là avaient été victimes de tirs à la précision impossible. Milieu du front, cœur, poumon, arrière du crâne... Chaque coup avait été à l'origine d'une mort instantanée. L'efficacité d'un désintégrateur synaptique était terrifiante même si l'on était touché à la jambe. L'être à un organe vital, quel qu'il soit, était la garantie d'une fin rapide et sans échappatoire. Ces armes dont les tirs détruisaient les tissus synaptiques de leurs victimes n'étaient pas très impressionnantes, du moins, dans leurs effets visibles. Mais la façon dont elles détruisaient le cerveau de leur victime était l'incarnation même d'un cauchemar. Sandro et Wulfric avaient été sauvés par leurs armures ayant repoussé une bonne part des rayons qu'ils avaient encaissés. Les officiers du pont n'avaient pas eu cette chance.

Le Cryptek n'avait prononcé qu'un seul mot de son langage étrange lorsqu'ils étaient soudainement apparus de leur réalité cachée au sein même du vaisseau. "Neutralisation". Les prodiges de la physique quantique maîtrisée par cette race leur avait permis cette arrivée impromptue.

Celui qui avait été épargné avait le regard terrifié et l'air hagard, sentant le contrôle le plus complet réduire son libre-arbitre à néant.

A une vitesse ahurissante, les scarabées psychophages du Cryptek envahissaient son crâne, saturaient ses pensées, détruisaient sa volonté. Il n'était plus qu'un pantin, victime de gestes qu'il ne maîtrisait plus.

- Sortie... Warp... avait dit le Cryptek d'une voix glaciale.

Ces deux mots prononcés dans son langage avaient été un ordre pour l'officier. Les scarabées n'avaient pas la capacité de le forcer à deviner des choses pour eux ; mais le forcer à faire des choses dont il était capable était plus que jamais dans leurs cordes.

Impuissant, il s'était souillé d'urine en accomplissant avec automatisme les ordres de ceux qui violaient son esprit par une technologie à la puissance aussi subtile que terrifiante.

Ils étaient sortis du Warp à la seconde où le Navigator avait reçu les instructions du dernier survivant de la capitainerie lui réclamant une voix de sortie d'urgence. Le Navigator n'avait aucune idée de ce qui se passait sur la passerelle de commandement, et avait obéit.

A présent, le vaisseau était dans l'espace réel, et le caisson où se trouvait la cible était à portée de main. Leur flotte devait déjà s'être mise en chemin pour les rejoindre.

Le travail des Traqueurs n'en était pas terminé pour autant.

- Désignez la cible, demanda l'un d'eux au Cryptek.

Instantanément, des images de chacun des Space Marines défilèrent dans le flux quantique et continu de leurs données internes. Chacun d'eux était une menace. Chacun d'eux devait disparaître.

L'escouade de Traqueurs disparut de la réalité une nouvelle fois, se cachant dans une dimension qui resterait à jamais inconnue de l'humanité. Ils s’apprêtaient à frapper.

L'officier humain accueillit la mort avec une terreur absolue  lorsqu'il s'arracha lui-même la gorge de ses mains nues.

Le Cryptek recoupa ses données et désigna une cible prioritaire. Le mortel hirsute au visage poilu était le premier à devoir subir leur sentence de mort.

- Confirmé, répondirent simplement les traqueurs.

La chasse pouvait commencer.

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits


Dernière édition par Farmace le Dim 21 Juin - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucanoptek
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 16/06/2014
Age : 16
Localisation : Bretagne Cote d'Armor

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Mar 16 Juin - 1:36

J'adore ce chapitre !je comprend mieux pourquoi tu auras mis un certain tant a le sortir,mais il y a quelque chose qui me semble étrange "Parmi les cinq chargés de l'immobilisation du vaisseau se trouvait un Cryptec",tu dis que cinq traqueurs sont infiltrés mais si dans les cinq il y a un criptek il n'y a que 4 traqueus...sa existe le cryptek/traqueurs ?ou les autres mixes genres cryptek factionnaires ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Mar 16 Juin - 4:59

Alors, je ne sais pas si cela été dis assez clairement mais il y a en fait 10 traqueurs et un Cryptec.

Ils se sont séparés en deux : une escouade de diversion pour occuper Wulfric, identifié par les Nécrons comme "chef" (à raison), et une autre avec le Cryptec pour s'occuper de la capitainerie et sortir du warp ce qui était leur véritable objectif premier. Le cryptec a été ajouté pour l'unique raison qu'il me fallait des scarabées psychophages et que je trouve ça plus crédible de simplement en donner à un traqueur quelconque. Est-ce que c'est possible en terme de schéma d'armée, je ne m'en souviens même plus.

Je suis en tous les cas content que ce chapitre t'ai plus, j'ai vraiment accumulé un retard monstrueux mais à présent je crois que je suis relancé ^^

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galdros
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 10/06/2011
Localisation : Némira

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Mar 16 Juin - 10:01

C'est possible dans les armées et si l'on équipe le cryptek d'un voile des ténèbres il peut même se téléporter avec les traqueurs (mais pas faire l'interception). D'ailleurs il me semble que c'est cryptek avec un "k" à la fin et non un "c".

Mais sinon je me demande si les traqueurs peuvent réellement se téléporter dans cette situation. Normalement la téléportation des traqueurs est du au fait qu'il se cache dans une dimension parallèle d'où ils guettent leurs proies avant de frapper. Mais vu que le vaisseau est dans le warp.

Après on peut surement justifié cela par une amélioration technologique dont bénéficierais les traqueurs présents. D'autant que même s'ils peuvent se téléporter, je suis pas sur qu'ils puissent le faire aussi rapidement, à la manière d'une araignée spectrale.

Sinon sur la qualité rien à redire, c'est bon. Je suis juste déçut qu'il y est pas d'IMPLOSION. Mais cela est peut être réserver pour le final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Mar 16 Juin - 12:43

Merci Galdros ! (pour l'implosion je vais réfléchir ^^).

Concernant les traqueurs je suis parti du principe que leur capacité à changer de dimension était possible dans la mesure où un vaisseau dans le warp est entouré de champs de Geller, c'est comme amener un fragment de réalité avec soi en somme. Du coup vu que l'intérieur du vaisseau obéit aux règles d'une dimension physique normale j'ai pensé que leur technologie s'appliquait également ici. Après c'est vrai qu'ils sont rapides, pour ça je me demande s'ils ne font pas "araignées spectrales" comme tu le dis si bien, mais bon, c'est pour le spectacle et que l'histoire rebondisse bien ^^

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mesmero
"Le Roi Silencieux"

avatar

Messages : 3069
Date d'inscription : 11/05/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Jeu 18 Juin - 0:17

Très bon chapitre et la style de combat des traqueurs est bien rendu. Par contre j'ai deux points qui me gènent:

1- Si la situation leur permet de se téléporter dans le vaisseau (non seulement les traqueurs mais aussi le cryptek) pourquoi est ce qu'ils ne peuvent pas repartir? (à la limite on peut supposer que ça nécessite un appareil de calcule laissé derrière).

2- quand tu décris les dégats des tirs  de traqueurs. Pourquoi viser le coeur avec une arme qui détruit le cerveau? :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://necrons.forumactif.com
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Jeu 18 Juin - 8:57

Merci beaucoup Mes !

Pour répondre à tes questions : je pars du principe qu'ils peuvent passer dans la fameuse autre dimension parce que le vaisseau transporte un bout de champ de geller avec lui, mais ils doivent donc rester dans le vaisseau car le warp leur reste infranchissable. C'est comme devenir intangible sans pour autant pouvoir se déplacer dans une autre zone géographique. C'est de la physique quantique donc je suis parti du principe qu'on pouvait s'amuser ^^

Les dégâts des désintégrateurs synaptiques sont effectivement sur le cerveau mais une règle fondamentale du tir est de viser le torse pour maximiser ses chances de touche, donc viser le cœur qui est un muscle fournissant le sang de partout pour le corps donc le cerveau aussi, dans la mesure où on ne connait pas les effets exacts du fusil, j'ai pensé que ça restait efficace partout où ça touchait.

Voila voila ^^

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galdros
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 10/06/2011
Localisation : Némira

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Jeu 18 Juin - 9:28

On peut imaginer que ça remonte par les nerfs jusqu'au cerveau. Mais en même temps ça serait la classe si les traqueurs visaient que la tête, cela voudrais dire qu'ils touchent la tête sur 3+ alors que les autres touches l'ensemble du corps sur 3+ (à CT égale) et donc que c'est de bien meilleurs tireur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galdros
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 10/06/2011
Localisation : Némira

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Lun 29 Juin - 19:44

Encore en panne d'inspiration Farma-scie ?

ps : pardon pour le jeu de mot, au début je voulais juste faire un truc du genre Farmasou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Mar 30 Juin - 0:00

Salut Galdros !

Alors, c'est un peu un tout en ce moment... Je suis peut-être en train de trouver un job (enfin un stage) et ça fait longtemps donc j'ai du mal à me concentrer sur autre chose. Sinon j'écris souvent la nuit et ces derniers temps j'étais plus calé sur un jeu assez chronophage, mais ce n'est pas une bonne excuse. Principalement, disons que j'ai du mal à m'y remettre et ça me navre parce que je sais à peu près où je veux aller, quelle va être la suite, et la fin est claire dans ma tête depuis le premier chapitre... Non, ce qui m'emmerde c'est aussi bête que ça : quand je suis devant l'ordi en train d'écrire je n'aime pas ce que je fais, j'efface, je recommence, je me frustre, et... voila...

Cela m'ennuie d'autant que j'ai ENVIE d'en faire un par semaine, d'une part pour ne pas vous décevoir, mais aussi pour moi, pour avoir un rythme, être régulier, et là ça fait un mois que je n'y parvient pas pour des raisons qui me semblent dérisoires.

Je vais essayer de vous faire ça pour ce week-en sans faute (peut-être même vendredi, soyons fous !) mais j'espère que je vais retrouver le "fluide créatif" car ne pas écrire et avancer me pèse beaucoup.

En tous les cas je suis content que tu viennes me poser la question ; avoir un nouveau témoignage de l'affection que tu portes à mes écrits si imparfaits soient-ils est vraiment réconfortant.

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galdros
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 10/06/2011
Localisation : Némira

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Mar 30 Juin - 0:30

Ah la recherche de boulot/stage je connais ça, je suis en plein dedans aussi. Pour ce qui est du manque d'inspiration ne t’inquiète pas pour le retard, le plus important est que tu te fasse plaisir. Écrire dans de bonnes conditions doit beaucoup joué et en ce moment avec la chaleur.

Sinon je sais pas, essaye de regarder des films ou lire des livres de SF, cela t'inspirera peut être, enfin si tu as le temps pour ça.


Sinon pas de remarque sur le Farma-scie, attention cela va l’encouragé à continuer Twisted Evil .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Mar 30 Juin - 2:27

Ho tu sais on me l'a déjà tellement fait que je le relève plus du tout celui là ^^

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artefact
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron
avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 12/03/2013

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Sam 4 Juil - 4:30

Une fois encore, je suis à la bourre pour te lire...

Et bien cette fois, t'es au sommet! Mon côté pinailleur à quatre sous ne voit rien à dire, ajouter, corriger.

Super chapitre donc, et rien ne m'a choqué sur l'utilisation des Traqueurs. J'ai tout de suite compris qu'ils se trouvaient dans une bulle au sein du vaisseau. Inaccessibles et également prisonniers d'une certaine manière. Il ne me semble pas que les Crypteks pouvaient utiliser les scarabées psychophages dans le jeu, mais bon, c'est dans le jeu et pour une mission aussi délicate que celle-ci, cela me parait évident que les Necrons ont mis tous les moyens possibles pour parvenir à leurs fins.

Toujours ravi de te lire donc, mets le temps qu'il te faut pour écrire la suite, si c'est de cette qualité, je peux attendre largement plus qu'une semaine! Même si j'attends le prochain chapitre avec impatience eheh

Bon courage pour le stage et à bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crimson First
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron


Messages : 69
Date d'inscription : 01/03/2016
Age : 16
Localisation : genève

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Mar 3 Mai - 8:01

Voyont voir... Quesque je pourrais critiqué?
-Orthographe? Nan elle est impec'
-L'histoire? Nan parfaite comme d'habb'
-Le logique? Impécable et comprensible.

Hum. J'ai vrm pas de choses à critiqué!
À pars que l'Inquisiteur devait avoir la regle special "Impossibilité de tué un humains." C'est vrai quoi, les premiers Xénos qu'il voit, ils se prennent une tête. Parcontre tuer une autre Inquisitrice, sa il échoue 1milliard 258millions de fois XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xarten
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 22
Localisation : Système Cryptus

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Jeu 3 Nov - 10:45

"Il avait fait fait griller l'intégralité de ses implants internes"

Artefact ne l'a pas vu Shocked
En même temps c'est la seule faute de ce texte Razz

Après il y a un mot pour qualifier ce texte... Proche de la perfection, oui c'est celui-là (enfin ceux-là ^^)
Je dévore ton récit et avec ta permission j'aimerai bien le compiler sous format word pour avoir tout d'un coup et le lire sans changer de sujet à chaque chapitre study (si tu l'as publié donne moi les références, je l'achéterai tout de suite )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Jeu 3 Nov - 12:45

Merci de ce compliment ^^

Je comprends ton désir de le lire d'un bloc mais s'il te plait n'en fais rien : je travaille sur un projet de blog littéraire où ce texte sera dispo d'ici quelques temps. J'aimerais que tu continues ici en attendant si ça ne te dérange pas ^^

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xarten
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 22
Localisation : Système Cryptus

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   Jeu 3 Nov - 21:54

Oh super cheers

Je patienterai alors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Par le mal Chapitre 17 : La où la chair capitule
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Des faits trop en chair
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Nécropole :: Background et projets :: Récits-
Sauter vers: