Le forum français Nécron du Jeu Warhammer 40.000
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Mer 5 Aoû - 2:33

Il se tenait sur la passerelle de son immense cité mortuaire destinée à porter avec elle la mort de la galaxie elle-même. Il était droit comme une statue, debout face à l'immensité du vide spatial, comme s'il regardait la parfaite incarnation de son esprit.

Le vide. Il était froid, comme le vide.

Il avait renoncé à tout ce qui avait jamais pu lui appartenir pour devenir ce qu'il était à présent. Plus d'opinions personnelles, plus de possessions propres... plus d'âme. A la fois la plus grande sécurité qu'il était possible d'obtenir dans cet univers rongé par le Warp et sa corruption, et le plus terrible des sacrifices.

Pour autant, il n'était pas coincé dans une situation lui faisant seulement voir l'univers comme une partie de Régicide comme un simple humain aurait pu le penser. Lui, qui se tenait droit face à une galaxie embrasée, était plus que capable de comprendre et appréhender des notions auxquelles il avait lui-même renoncé. Il gardait en lui une forme de dévotion à une tâche ancrée jusque dans le cœur de sa programmation et du code infini qui composait ce qu'on pouvait se risquer à appeler sa "personnalité".

Il y avait des dieux dans cette galaxie. Des êtres à la puissance infinie, esprits incarnés des étoiles elles-mêmes. Ils leur avaient donné ce qu'ils souhaitaient en échange d'une éternité de servitude. Il n'avait même plus la capacité d'éprouver de regrets, dès lors, que faire d'autre que de s'adonner à sa tâche ?

Servir l'incarnation de la Mort elle-même n'était pas plus un choix qu'une mission. C'était la seule et unique raison de son existence.

Kaelis Ra pour les Eldars.

Celui qui détruit la lumière.

Un nom plein de licences poétiques qui le laissait superbement indifférent. Lui, comme tous les autres membres de sa race. Seule comptait la moisson. Seuls comptaient les deux dieux auxquels sa dynastie avait juré une indéfectible allégeance. L'un d'eux était quelque part, enfermé sous les sables d'un monde couvert de poussière rouge. L'autre... mieux valait l'ignorer. Il se manifestait lui-même lorsqu'une opportunité de massacre se présentait, et l'ost n'avait alors plus qu'à... moissonner.

Pour l'heure, ils avaient une tâche plus spécifique à accomplir. Cela ne présentait pas le moindre problème : ils avaient l'éternité devant eux.


Néanmoins, pensait celui qui avait fauché un nombre incalculable de vies, perdre un commandant n'était jamais anodin. Des milliards de calculs étaient effectués dans tout le Vaisseau-Tombe à une vitesse vertigineuse pour tenter de déterminer où la cible s'était rendue. Il possédait les connaissances empiriques pour savoir que c'était presque peine perdue. Le Warp leur était autant hermétique qu'il était possible de l'être. Une race dépourvue d'âme au cœur d'un maelstrom psychique ? Autant tenter de plonger du liège concentré dans la plus fluide des eaux ; il resterait désespérément bloqué à la surface.

Cela n'avait guère d'importance. Pour ceux qui ont devant eux l'éternité, la patience n'était pas une vertu : c'était un mode de vie.

Il se retourna vers son trône de commandement et y prit place. Non pas que ce corps qui avait oublié depuis tant de millénaires ce qu'était la fatigue en ait réellement besoin. Il pouvait simplement se servir de la connectivité qu'il y avait entre sa place et son propre corps pour optimiser certaines commandes ou se renseigner infinitésimalement plus vite que s'il s'était simplement connecté à l'intelligence artificielle du vaisseau.

Un moment passa, une seconde ou un siècle, pour ce que cela pouvait changer, avant qu'il ne reçoive de nouvelles informations. C'était le Cœur des Parias.

Les Parias... Ces créatures étaient l'incarnation même de ce que l'inhumanité des Nécrons avait permis de créer. Ils étaient la négation. Ils étaient l'inexistence incarnant la nature même de l'absence d'esprit. Ils étaient les hérauts du Vide.

Leur existence en tant qu'êtres-humains était un cauchemar, leur capacité hors du commun étant une malédiction que peu de gens au sein de l'Imperium considérait comme un don. Ces psykers aux pouvoirs niant le Warp étaient un matériaux brut dans la lutte contre ses agents, mais ils étaient trop peu souvent repérés par les représentants de l'Inquisition. La plupart du temps, ils vivaient en marge de leurs frères humains, qui les haïssaient sans même rien savoir de leur nature. Leur négation du monde psychique avait toujours cet effet là. Il leur était impossible de créer des liens, les autres humains ayant l'impression d'avoir affaire à des gens froids, antipathiques... sans âme.

Pour les Nécrons, ils étaient le plus grand idéal auquel l'humanité pouvait aspirer ; pour leur plus grand malheur. Une fois repéré et capturé, un Parias était métamorphosé, cybernétisé, la chair remplacée par quelque chose de plus solide, de plus durable... Ils devenaient alors des agents précieux. Infiniment précieux.

Il suffit d'une fraction de pensée pour que le seigneur reçoive l'entièreté du message, l'analyse, et en tire les conséquences. La situation évoluait.

"Écho psychique repéré et analysé. Nature : humaine. Proximité d'une voix de sortie de courant Warp : Extrêmement proche. Probabilité sur le fait qu'il s'agisse de la cible : 93%... Rapport d'analyse..."

Le seigneur avait assez d'information, même s'il continuait d'en recevoir et d'en analyser d'autres en permanence. Une nouvelle fois, il était proche du but.

Comme des milliers de tentacules ne répondant qu'à un seul esprit, tous les vaisseaux de la flotte Xénos virèrent dans un mouvement tournant sur des centaines de milliers de kilomètres, dans un mouvement de synchronisation parfait. Des coordonnées furent entrées. Des vaisseaux adoptèrent des trajectoires avec une telle similitude qu'un observateur extérieur aurait sans doute pensé voir un phénomène de réflexion, tel un miroir spatial, à une échelle impossible.

La flotte disparut en un instant à peine, comme si elle n'avait jamais été présente.

En termes de technologie, le mot impossible était rarement employé par ceux qui s'étaient appelés les Necrontyr.


***

Il rêvait. Il en était conscient ; pourtant, il ne se réveillait pas, ce qui l'intriguait. Généralement, prendre conscience que son esprit était perdu dans le domaine onirique suffisait à l'en extraire, comme si une quelconque figure divine faisant autorité sur le monde du sommeil avait décrété que son royaume devait rester cacher à ceux qui résonnent d'une façon trop logique.

Le rêve devait rester un rêve.

Lui, essayait d'appliquer des connaissances théoriques qui perdaient une grande part de leur sens en ces lieux qui n'existaient pas vraiment.

Lors d'un rêve, pensait-il, le cerveau dépend de l'hémisphère droit. Le gauche, celui de la logique, ne peut faire un travail efficace. Il est perturbé. C'est pour cela qu'il est impossible de lire dans un rêve. L'appréciation de l'espace qui nous entoure, des distances... Tout est en "sommeil". Je le sais. Alors, pourquoi suis-je encore ici ?

Cet "ici" était un univers simple, sans doute pourvu d'une raison, d'un sens qui lui échappait. Une plaine herbeuse immense parcourue par quelques fins cours d'eau. Un vide immense, en somme, qui évoquait en lui un sentiment confus de nostalgie dont il ne comprenais pas l'origine.

Il y restait immobile, comme si ses jambes refusaient de le porter ; il n'avait de toute façon nulle part où aller.

Les vents battaient la plaine et faisaient frémir la surface des ruisseaux, l'éphémérité de cet instant lui conférant aux yeux de son observateur un soupçon d'éternité. Il trouvait ça reposant, et cette impression lui sembla aussitôt étrangère, presque parasite. Sa nature ne recherchait pas le repos ; sa nature s'interdisait le repos.

Dans un suprême effort de volonté, hurlant sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche, il tenta de toutes ses forces de bouger, en vain. Il était tel un arbre enraciné depuis des siècles. Mais renoncer non-plus, ne faisait pas partie de sa nature. Il se débattit furieusement, crachant des insultes sans s'adresser à personne en particulier. Il força, sentant la fraicheur ambiante glisser sur lui comme pour refroidir son effort, ce qui ne fit que décupler sa rage. Ses bras, son torse, sa tête, et ses hanches lui répondaient parfaitement, ce qui lui permit de tenter des mouvements pour forcer ses deux traîtresses de jambes à obéir à ses ordres.

Il essaya plusieurs heures, en vain, et finit par s'arrêter, non par fatigue, mais pour tenter d'analyser la situation avec la plus grande froideur.

- A quoi essayes-tu d'échapper, Tenaka des Mantis Warriors ?

L'Astartes se retourna immédiatement, et à la bordure de sa vision périphérique, il aperçut un cavalier qui s'approchait lentement.

- Qui es-tu ? demanda-t-il, méfiant.
- J'ai posé ma question le premier, rétorqua simplement l'inconnu.
- Un guerrier de l'Astartes ne fuit jamais, cracha alors Tenaka avec mépris. Nous allons vers l'ennemi, où qu'il se trouve. Frapper, se retirer, frapper à nouveau. Ainsi sont faits les fils de Jaghatai !
- Tu éludes la question, répondit l'homme en soupirant comme face à un mauvais élève. Tu réponds des choses apprises par cœur pendant des décennies et tu ne réfléchis pas à la question.
- Je ne fuis... devant... personne ! hurla le guerrier qui aurait voulu aller arracher le cœur de cet impertinent personnage.
- Et qui t'a parlé de "fuir", stupide enfant capricieux ?! cria l'homme en retour. N'y a t-il pas assez de concepts abstraits pour que les idées d'échapper à quelque chose et de fuir face à un ennemi soient différentes à tes yeux ?! Les fils du Grand Khan ont-ils tous perdu leur sens du symbole ?! Tu es une déception, Tenaka Mangudaï Temujin Abanaï de la tribu des renards des steppes !

Tenaka était fou de rage, mais tout aussi troublé à l'idée que cette personne dont il ne parvenait à voir la physionomie le connaissait si bien. Puis il sourit, se rappelant que tout cela n'était qu'un rêve. Il se désintéressa alors de l'homme, pensant que cela suffirait à le faire disparaître ; il avait tort.

- A quoi essayes-tu d'échapper ? répéta le cavalier sur un ton plus sévère.
- Présente toi devant moi, répondit Tenaka d'un ton où perçait la malice, je te répondrai peut-être.

L'homme obéit, à la grande surprise du Mantis Warrior, jusqu'à ce qu'il constate qu'il était encapuchonné. Ses traits étaient à peine plus visibles que lorsqu'il était derrière lui. Tenaka éclata de rire.

- Toi en tous cas, il est clair que tu veux échapper à ma vue ! Qui de nous deux est le lâche en réalité ?
- Je ne t'ai pas traité de lâche
, répondit patiemment le cavalier. Je t'ai simplement posé une question.
- A quoi je tente d'échapper
, répéta alors Tenaka. N'est-ce pas là une question idiote à poser à celui qui ne peut se mouvoir ?
- Encore ce pragmatisme limité
, soupira l'homme. Tu aurais pu être un fils de Ferrus.
- Est-ce un compliment ou une insulte ?
ironisa l'Astartes qui avait décidé de se prendre au jeu.
- Cela dépend du point de vue que tu choisis d'adopter.
- Et a présent c'est toi qui est pragmatique
, se moqua Tenaka.

L'homme ne répondit pas, il semblait attendre quelque chose.

***

Le Cryptek était seul désormais. Les derniers traqueurs qu'il lui restait avaient été détruits, non sans avoir totalement immobilisé le vaisseau en tuant jusqu'au dernier occupant de la capitainerie et de la salle des machines. Ce vaisseau était désormais comme un puissant mammifère marin privé  de muscles et en état de mort cérébrale, ce qui transformait l'échec de la mission de récupération en demi-victoire. La flotte les recherchait, il le savait, et sa propre destruction n'avait donc plus aucune importance. Il serait sans nul doute réparé au cœur des cryptes ainsi que cela arrivait toujours.

Les Dieux des Étoiles les avait gratifiés d'un cadeau dont la portée l'aurait ému et contenté s'il avait eu la capacité d'éprouver quoi que ce soit.

Il s'avança dans la pièce dévastée par ses soins. Bien qu'ignorant de la nature des Astartes, il savait reconnaître un endroit consacré aux soins médicaux. Le Space Marines, comme ils se nommaient eux-mêmes, qui avait tenté de l'arrêter était mort brutalement, sans avoir guère le temps de souffrir. Il s'était rué sur lui avec fureur et célérité en brandissant une scie électrique manifestement destinée à trancher les os des cages thoraciques pour les opérations internes.

Le Cryptek n'avait pas un instant cherché à échapper à cet assaut. Il s'était contenté de lever son Bâton Solaire et d'envoyer une décharge de cet artefact mortel sur son assaillant. Il avait immédiatement été auréolé de flammes commençant à faire fondre les couches supérieures de son armure, mais il avait continué d'avancer en hurlant, autant de rage que de douleur. Le Cryptek avait accueilli cette résistance exceptionnelle avec pragmatisme. Deux autres décharges avaient suivies le temps que l'Apothicaire n'ait fait qu'un seul pas. Il s'était effondré, totalement carbonisé, ne laissant derrière lui qu'une armure vide et partiellement fondue dans laquelle reposaient des morceaux de chairs soudés et des cendres malodorantes. Sans lui jeter un regard supplémentaire, il s'était dirigé vers la cuve de soin dans laquelle reposait l'un des guerriers.

Il ne l'observa que quelques secondes, parmi les instruments médicaux qui jonchaient le sol après la charge furieuse et avortée de l'Apothicaire. Son plan était simple. Puisqu'il n'était plus en mesure d'éradiquer l'ennemi ni de lui reprendre son maître directement, la meilleure chose à faire en attendant l'arrivée de la flotte était de frapper là où l'ennemi était déjà affaibli. Achever ses blessés avant qu'ils ne reviennent, puis s'en prendre aux plus affaiblis, ou même faire sauter le vaisseau.

Cette dernière option n'était pas envisagée comme la meilleure, car il ignorait tout de ce caisson de confinement dans lequel se trouvait son seigneur. Il était plus pragmatique et plus prudent de s'en emparer et de le ramener auprès des siens pour analyse. La libération du seigneur serait ainsi bien moins hasardeuse.

Pour l'heure, il avait devant lui un Marine inconscient dans une cuve de liquides bourrés de relaxants musculaires, de cicatrisants, d’antiseptiques et d'antidouleurs. Il pointa son Bâton Solaire dans sa direction. Après ça, ils n'y en aurait plus que six.

***

- Je ne cherche pas à fuir quoi que ce soit, s’énervait Tenaka, ni à mes obligations, ni à une quelconque culpabilité, et encore moins à la bataille. Mon esprit est une lame pensée pour trancher, et non tergiverser comme vous le faites.
- Pourquoi ne peux-tu pas bouger ? répliqua l'homme qui avait quitté sa monture pour se rapprocher, à la limite de la portée de ses bras. Pourquoi es-tu bloqué ici comme si tu étais soudé à un rocher ?
- Peut-être parce que je n'ai nulle-part où aller
, cracha le Mantis Warrior. Cet endroit n'est pas réel. Je pourrais faire des millions de kilomètres, je ne serais toujours que coincé dans mon esprit, prisonnier d'un rêve. Peut-être que mes jambes le savent.
- Réponse intéressante,
concéda pour la première foi l'homme, mais ce n'est pas celle que j'attends.
- Et de quel droit attendrais-tu quoi que ce soit de moi ?
demanda Tenaka sans perdre plus de patience. Tu n'es pas un de mes supérieurs. Je ne te dois rien.

L'homme soupira une fois de plus, et Tenaka pensa réellement qu'il allait partir, comme désespéré d'avoir affaire à pareille tête de mule, mais il n'en fit rien.

- Il faut vraiment que l'on te donne la réponse pour que tu la considères, mon fils, dit alors l'homme en enlevant sa capuche, révélant les traits de quelqu'un qui ne pouvait être là.

Tenaka en resta bouche-bée, tétanisé face à l'énormité de ce qu'il avait sous les yeux. Jaghatai Khan était là, la silhouette d'un simple humain ayant fait place à la titanesque présence de son primarque qui le fixait d'un œil sévère. La partie de sa conscience qui tentait de lui rappeler que tout cela n'était qu'un rêve parlait désormais d'une voix bien affaiblie. Tenaka ne savait pas quoi dire.

- Tu es vertueux, mon fils, mais tu n'es assurément pas le plus éclairé de mes enfants. Ne t'offusque pas de mes paroles, veux-tu. Tu n'es simplement pas dans le même courant de pensée que moi. Pour cette raison, tu aurais pu être un membre intéressant de ma légion. Mais rien de tout ça n'importe. J'ai une réponse à te donner, même si je regrette que tu ne l'ais pas trouvé seul.

Tenaka observait les traits de son primarque qu'il avait tant et tant de fois observé sur des représentations artistiques telles que des peintures ou des statues. Un buste le représentant se trouvait dans le vaisseau amiral du maître de chapitre, et on prétendait qu'il avait été sculpté de son vivant. Tenaka ne l'avait jamais vu, mais il était certain que jamais la perfection de pareil visage n'aurait put être représentée. Ses traits étaient à foi profondément humains, son regard noir portant en lui l'éternité des steppes de Mundus Planus, mais avaient aussi en eux la sauvagerie animale qui trahissait la toute puissance qui était la sienne.

Un coup de poignard déchira la joue gauche du Mantis Warrior à une vitesse telle qu'il ne se rendit compte de ce qui s'était passé qu'au moment où la douleur se fit sentir. Alors il vit. L'image de la steppe s'était brouillée comme une projection virtuelle victime d'une technologie défectueuse. La douleur avait fait cela. La réalité se cachait derrière l'illusion du bien être.

- Je commence à comprendre, murmura Tenaka.

Son père génétique le gratifia d'un sourire porteur d'une chaleur qu'il chérirait toute sa vie.

- Je voulais échapper à ma honte, dit-il simplement. J'ai perdu mes jambes dans cette crypte. Je n'ai pas pu venir en aide à mes frères. J'ai été un poids mort, et ce damné Carcharodon est mort par ma seule faute. J'aurais dû être plus rapide et éviter ce piège ! J'aurais put combattre et aider Quintus qui est mort dans cette crypte ! J'ai sali mon nom et celui de mon chapitre par ma faiblesse ! Prisonnier de cette steppe, j'échappais au jugement des autres. Je ne suis qu'un lâche...
- Aucun de mes enfants ne mérite cette appellation
, lui répondit son père sur un ton sans appel. Prouve le moi à présent. Quitte cet endroit ! Je te l'ordonne !

Le Mantis Warrior commença alors à se frapper lui-même, ne regardant pas à la dépense quant à la force de ses coups. La douleur était une clef de sortie autant qu'une expiation, il en avait enfin conscience. Il percuta son propre crâne avec une force telle qu'il eut l'impression de se l'être brisé, mais continua encore, voyant la steppe disparaître à chaque seconde alors qu'il faisait pleuvoir les coups sur son torse, ses bras, son visage, et les restes encore informes de ses cuisses qui avaient été arrachées par le tir du Pylône à Fission.

Prit d'une impulsion soudaine, son dernier coup ne se dirigea pas vers lui-même mais vers l'avant, et quelque chose se brisa.

***

Le Cryptek n'eut pas le temps d'envoyer la décharge. Son arme n'était même pas encore totalement abaissée lorsque le poing jaillit hors du verre blindé pour le percuter au visage, le projetant à un mètre en arrière.

Le liquide de la cuve se déversa dans la pièce comme une marée furieuse alors que le fils du Khan émergeait, recouvert dudit liquide, en boitillant de façon hésitante comme s'il venait de naître à nouveau.

Les systèmes automatisés du Cryptek lui permirent de se relever instantanément, mais il fut cueillit aussitôt debout par un autre coup d'une violence inouïe porté avec une barre de fer servant de reposoir pour certaines poches de produit ayant besoin de rester en suspension. La barre se tordit sous l'impact mais le Nécron fut suffisamment dévié pour que Tenaka en profite et s'empare de la scie qui reposait sur le sol à côté du cadavre du frère Apothicaire. Par chance, il s'agissait d'un appareil alimenté par la pièce et non d'un outil à part entière de l'armure de l'Apothicaire, Tenaka put donc l'activer, et la planta directement dans le crâne métallique grâce à un lancer superbement bien exécuté. La manœuvre avait constitué une prise de risque énorme car il s'était à cet instant départi de sa seule arme, mais privé de ses jambes, il était trop bas pour pouvoir porter des coups ailleurs qu'aux jambes ou au torse du Nécron. Et il savait que dans cette situation, sa seule chance serait d'infliger un coup létal le plus vite possible.

Le Xénos se figea, et Tenaka en profita, refusant de prendre le moindre risque, il rampa à une vitesse ahurissante, s'emparant des jambes du Cryptek pour le faire chuter, puis il se mit à le rouer de coups de ses poings nus, faisant éclater la pulpe de ses doigts à chaque impact.

- La douleur n'est rien ! hurlait-il sans discontinuer. La douleur n'est RIEN !

La scie toujours active plantée dans le crâne se frayait un chemin toujours plus profond tandis que les coups commençaient à déformer une partie du châssis qui s'autoréparait de façon désespérante.

D'une de ses mains, le Cryptek parvint malgré tout à s'emparer de l'outil médical et à l'arracher, alors que son crâne voyait les dégâts infligés se refermer. Si puissant qu'ait pu être un Space Marine, handicapé, nu et sans arme face à un Nécron, la rage n'était pas suffisante.

Un bruit de tir retentit alors, et le Xénos cessa de se débattre. Il disparut instantanément, comme s'il n'avait jamais existé. Nolt était dans la pièce, son Bolter fumant.

- Blessé ? demanda simplement le Son of Medusa.
- Non, répondit Tenaka, qui ne put s'empêcher de porter la main à sa joue.

Il sourit de façon inexplicable pour Nolt. Celui-ci se contenta de constater qu'il avait une nouvelle cicatrice.

- J'ai manqué beaucoup de choses ? demanda-t-il alors innocemment ?
- Tu n'as pas idée, lui répondit son frère d'armes d'un ton sinistre.

***

Azador avait des compétences en pilotage, et il avait eut l'occasion de servir au sein de nombreux vaisseaux, le plus souvent sous couverture. Il maîtrisait les bases de ce que devait faire un officier de bas-rang au sein de la capitainerie. Mais piloter un vaisseau tout seul, privé de moteurs, cela nécessitait selon lui plus de prières que de compétences.

Les yeux fixés sur les radars, il avait l'air désespéré. Malgré tout, il s'empara du micro et parla d'une voix glacée à tous ceux qui pouvaient encore l'entendre dans le vaisseau.

- Alerte générale. Arrivée d'une flotte hostile imminente. Les radars indiquent qu'ils sont sortis du Warp il y a onze minutes. Ils seront là dans moins d'une demie heure.
- Nature de l'ennemi ? demanda sobrement la voix de Wulfric dans laquelle perçait la fatigue. Les Nécrons nous ont déjà trouvé ?
- Négatif. Ce sont des vaisseaux humains. Ce salopard ne recule devant aucune fourberie...
- Soyez plus clair interrogateur ! Arrêtez vos sous-entendus.
- Byzantia, répondit simplement Azador. Il ne pouvait plus se permettre de contrarier nos plans directement, même s'il veut toujours le caisson. Il a donc envoyé ceux qui n'auront aucune conséquence officielles vis-à-vis des autorités en arguant qu'il n'y est pour rien.
- Interrogateur... s'énerva doucement Wulfric en grognant ce mot plus qu'il ne l'articula.
- Byzantia nous envoie sa flotte pirate, cracha Azador avec dégoût. Préparez vous à un abordage.

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits


Dernière édition par Farmace le Mer 5 Aoû - 11:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galdros
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 10/06/2011
Localisation : Némira

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Mer 5 Aoû - 3:50

En voila un sacré bon chapitre. Non pas que les autres sois mauvais, bien au contraire.

Tiens juste une petite question sur la fin, sur les pirates. S'ils travaillent officieusement pour un inquisiteur, le terme corsaire serait peu être plus adapté.

Enfin voila, vivement la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Mer 5 Aoû - 4:52

Le terme corsaire serait approprié si ils étaient officiellement engagés par l'Imperium pour piller qui ils veulent du moment qu'ils s'en prennent à ses ennemis et pas à ses propres flottes ou mondes. Dans le cas présents ils servent à accomplir les basses besognes qu'un "honnête" homme de l'Imperium ne peut pas faire au grand jour, ils sont donc officiellement des pirates, même si dans les faits, ils travaillent bel et bien comme corsaires ^^

Content que ce chapitre t'ait plut en tous cas ! Il m'a demandé énormément de temps, ça a été difficile, (je n'ai plus aucune régularité, ça me navre à un point, je te dis pas !).

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setekh le destructeur
Destroyer
Destroyer
avatar

Messages : 553
Date d'inscription : 07/09/2014
Localisation : Perdita

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Mer 5 Aoû - 7:05

Enfin! Et c'est bon! On se doute un peu de l'identité du cavalier avant même qu'il ne la révèle mais ça reste un excellent chapitre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Mer 5 Aoû - 7:17

Merci beaucoup Setekh ^^

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artefact
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron
avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 12/03/2013

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Jeu 6 Aoû - 7:24

Trois chapitres d'un coup, trois eheh


Petites fautes d'orthographe:
-En termes de technologie, le mot impossible était rarement employé par ceux qui s'étaient appelés les Necrontyrs. (manque le "s")
-Le Space Marines, comme ils se nommaient eux-mêmes, (pas de "s")
-Il a donc envoyé ceux qui n'auront aucune conséquence officielles (pas de "s")

L'ambiance glaçante des Nécrons est toujours aussi bien rendue, le passage du rêve est très sympa aussi. Ce chapitre est très différent des autres, plus "calme" et apporte une fraîcheur et de l'originalité à ton récit. C'est également une pause très réussie pour le lecteur, après tant d'action. Une réussite!

Bon, j'ai rattrapé mon retard, je vais être à nouveau forcé d'attendre!

Vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Jeu 6 Aoû - 7:50

Et pour la troisième fois, merci infiniment. Je suis vraiment content que tu apprécies le tout à ce point là et sans parler de ta correction gratuite ^^

J'espère donc que la suite sera à la hauteur !

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crimson First
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron


Messages : 69
Date d'inscription : 01/03/2016
Age : 16
Localisation : genève

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Mer 11 Mai - 7:17

Toujours à la hauteur. Je suis en train de me dire que tu écris mieux que certain des écrivains de black library.

J'avais beaucoup d'étude à faire et j'en ais encore jusqua la semaine prochaine... Et franchement entre 2 révisions lire un de tes chapitres est une vraie source de bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   Mer 11 Mai - 15:01

Je te remercie infiniment Crimson. Avec tant d'encouragements de votre part à tous je vais peut-être me décider à me faire traduire pour proposer le récit à la BL directement en anglais, ^^

Je suis vraiment heureux que mes écrits te plaisent au point de te permettre de te relaxer entre deux examens, ça me fait plaisir, donner du rêve aux gens c'est mon rêve à moi ^^

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par le mal Chapitre 20 : Multiples Consciences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Nécropole :: Background et projets :: Récits-
Sauter vers: