Le forum français Nécron du Jeu Warhammer 40.000
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Lun 2 Mai - 14:57

- Ils arrivent par le tribord sur un angle de…
- Redirigiez l’énergie des boucliers vers les canons !
- Annulez cet ordre ! Manœuvre d’évitement !
- Négatif ! Nous n’aurons jamais le temps de… AAAAAARH !

Un bruit de parasite suivit cet échange de communication entre la passerelle de commandement et la salle des machines. L’amirauté venait de perdre le contact avec un autre vaisseau ; le troisième en dix-sept minutes.

- Les Nécrons sont complètement déchainés ! Ils ont oublié tout sens tactique !
- Leur flotte se contente de repousser ce qui reste des Tyranides ! Ils sont totalement focalisés sur nous !
- La Barge de Bataille du capitaine Dac’Tyr est tombée à quarante-quatre pourcent d’intégrité structurelle !
- Ici le Phoenix’s Wrath ! On se fait massacrer ! Il nous faut un soutien !
- Mon amiral… La même scène se répète partout… Les deux tiers de la flotte…

L’amiral ne savait pas quoi répondre. Ils avaient adopté la manœuvre ordonnée sans hésiter avec un savoir-faire qui avait fait honneur à l’équipage. « Nous arrivons », avait-il dit… Lui…

Il avait envoyé son message depuis un tout petit peu moins de vingt minutes… Autant dire cent fois l’éternité, considérant la fureur nouvellement déployée des Nécrons ! La mort venait sur eux, patiente et inexorable, à l’image de la race Nécron tout entière. Elle serait rapide ; probablement…

- Pas moyen… marmonna Liuke. On ne m’a pas envoyé ici pour combattre les insectes et me faire anéantir par des boites à ration ! Mettez-moi l’énergie principale dans la lance navale avant !
- Nous manquons d’énergie pour manœuvrer, monseigneur ! Et nous n’avons aucune garantie qu’un tir direct…

Le son assourdissant d’un bolt réduisant un crâne en pulpe sanguinolente déchira l’atmosphère déjà tendue de la passerelle. Le corps du lieutenant resta débout une paire de secondes avant de s’écrouler comme la masse d’un homme ivre titubant une fois de trop.

- D’autres remarques pertinentes ?! vociféra Liuke à ses officiers, postillonnant au passage. Major Ignatius ?
- Mon amiral ?
- Vous voilà promu second du vaisseau. Faites-moi charger cette saloperie de lance navale !
- Vos ordres… répondit le lieutenant sans rien ajouter.

Il serrait terriblement les poings. Il venait de perdre un ami, de la main d’un supérieur.

***

La salle des machines surchauffait abominablement, au point que certains serviteurs lobotomisés présentaient des anomalies dans leurs mouvements supposés être automatisés. Le chef Magos Carinimatz était hors de lui, ce qui ne pouvait s’observer tant il était physiquement modifié. Il renvoyait des données dont personne ne tenait compte et la structure de ce vaisseau allait en être gravement compromise. Il s’agissait d’une sainte construction de ce que l’Omnimessie pouvait faire de mieux, pas d’une foutue Arvus rafistolée !

Il obéit néanmoins en émettant des jurons dans toute la noosphère du vaisseau. Son passé d’enfant des gangs dans une cité-ruche où il bricolait des armes était loin derrière lui, mais plus d’un siècle d’existence au service du Dieu Machine n’avait jamais pu lui ôter un tempérament agressif à l’extrême et un goût pour la grossièreté particulièrement prononcé.

Il terrifiait ses seconds et faisait enrager ses supérieurs. Un personnage haut en couleur.

Il cessa d’exister quand la courroie d’alimentation principale de la lance navale explosa lors d’une réaction en chaine. La Foudre Solaire des Nécron venait de frapper une fois de plus.

***

Extermination.

Armement engagé à puissance maximale. Troupeau : rassemblé. Processus d’éradication engagé à 68%.


Lié à la console, le seigneur nécron dirigeait la flotte de ses maîtres avec une acuité mathématique incompréhensible pour des mortels. L’œil, cet artefact datant de la Guerre Céleste, le reliait directement à l’esprit du plus absolu des maîtres qu’il leur était possible de vénérer. Il ressentait chaque passage de vie à trépas de mortel, et il s’en gorgeait indirectement. Un jour la flotte rejoindrait l’incarnation la plus grande du dieu qui apporte les ténèbres, et l’œil serait rendu à son propriétaire. Des âmes… par millions !

Moisson ! Tout pour la Moisson !

Un autre vaisseau éclata dans une nova d’énergie solaire et de plasma surchauffé, des particules warp s’échappant en cascades malsaines des moteurs inter-dimensionnels éparpillés. Explosions de particules ! Foudre Solaire ! Eperonnage s’il le fallait ! Le massacre devait être absolu. Et il ne l’était pas ; pas encore… Des ordres devaient encore être donnés…

Modules de téléportation : activés. Déploiement des légions dans la zone ennemie.

Pauvres créatures de vie ; nous vous amenons la paix de nos cimetières…


***

- Évacuez ! Évacuez bon-sang ! Cet endroit vous plait tant que ça ?!

Personne ne répondit. Le colonel hurlait dans le vide ; ses hommes ne l’écoutaient pas. Pour dire vrai, ils ne revenaient même pas d’être encore en vie et d’avoir l’opportunité de faire machine arrière. Cette mission était un suicide, conscient et volontaire. Quelle chance exceptionnelle de survivre à « ça », s’entendraient-ils dire, s’ils parvenaient à partir. Ils étaient arrivés à quatre-vingt-seize ; les douze restants, parmi lesquels le colonel Taros en personne, se considéraient comme miraculés. Et ils n’avaient passés que sept minutes dans cet enfer.

Les Space Marines s’étaient divisés. Un par navette. Un choix tactique instinctif ; pas de réflexion laborieuse sur le sujet. Ils avaient plusieurs navettes, donc autant offrir plusieurs cibles à l’ennemi. Cela augmentait leurs chances de survie au sein de cette flotte tyranide à propos de laquelle ils ignoraient totalement l’état. Ils étaient déjà tous à leur poste de pilotage, malgré le fait que leur gabarit surhumain était une gêne dans les habitacles étriqués des Arvus.

Les quelques humains survivants se séparèrent tous de leurs ceintures d’explosifs, de leurs grenades, et même des chargeurs de munitions solides qu’ils pouvaient posséder. Ils en avaient reçu l’ordre.

- Colonel, vos hommes ont dix secondes pour finir de monter.

C’était la voix de celui avec une énorme barbe grise. Taros la reconnaissait.

- Compris, répondit-il simplement.

Il n’avait pas fini de prononcer ce mot que le dernier homme était à bord. Il s’accrocha à la barrière de la passerelle alors que celle-ci se refermait arrachant sa dernière grenade de sa ceinture. Une incendiaire. Il la dégoupilla, prenant garde à ne pas la faire tomber dans l’habitacle de la navette et ainsi hériter de la mort la plus stupide de tout l’Imperium de ces trois-mille dernières années. Il la jeta au milieu du tas d’explosif et de munitions laissé par ses hommes, sans laisser les tirs ennemis le déconcentrer. Une décharge acide frappa l’aile droite et une micro projection toucha son casque. L’éclair warp d’un Zoanthrope déchira l’air autour de lui et percuta l’intérieur de l’habitacle, sans toucher personne. Taros vit la trappe se refermer puis être verrouillée avant que sa grenade n’explose, mais une légère secousse sur la navette déjà à plusieurs mètres du sol l’informa que sa dernière diversion pour gagner un peu de temps avait fonctionnée.

L’Arvus bougea comme l’aurait fait une libellule prisonnière d’un vol stationnaire hésitant, alourdie par les multiples hormagaunts qui se jetaient sur elle pour la griffer en permanence.

- La tête nucléaire est censée sauter dans sept secondes, cria Taros dans son communicateur général.

- C’est plus qu’il n’en faut, répliqua Wulfric en faisant hurler ses moteurs.
Ils étaient les derniers à partir.

Ne parvenant pas à croire qu’ils avaient survécus jusqu’ici, Taros regarda la trace de l’éclair warp ayant frappé l’intérieur de la navette, tandis que la sensation rassurante d’être balloté par le pilotage vif d’un pilote émérite les guidait hors de cet enfer. Il n’avait touché personne. Ce putain d’éclair warp n’avait touché personne.

Les quatre navettes sortirent à toute vitesse par la brèche par laquelle elles étaient entrées ; le rire hystérique de Taros commença à l’instant même où l’engin de mort fit imploser le béhémoth volant. Les quelques soldats montés dans la même navette que lui se joignirent à son rire.

Je vais finir par croire que l’Empereur nous protège pour de bon ! pensa-t-il alors. Wulfric, depuis son poste de pilotage, n’eut pas de pensée aussi positive. La flotte impériale était en lambeaux.

***

Il avait la prestance d’un amiral. Le crâne rasé de près, un manteau long tombant presque jusqu’au sol, semblable à une cape de cuir, un œil bionique rouge semblant pouvoir lire dans les tréfonds de l’âme perçant à travers l’ombre projetée par sa capuche. D’étranges assemblages mécaniques peu ornés encadraient ses avant-bras. Il était maigre, la mâchoire carrée, un air sombre et agressif greffé sur son visage aussi sûrement que son œil.

Les mains dans le dos, il fixait l’espace depuis la baie d’observation.

- Ils ont mis hors de combat le dernier escorteur, monseigneur.
- Les armes sont-elles prêtes ?
- Affirmatif. Nous y seront à temps
- Cela ne fait aucun doute, dit le Seigneur Inquisiteur Talaran.

C’était une menace implicite ; les hommes qui travaillaient avec lui y étaient habituées.

Son Vaisseau Noir personnel était immense et lourdement modifié. Sa proue seule faisait le poids de trois tours d’habitations réunies pour la seule partie renforcée. Les plaques métalliques lourdement renforcées et blindées avaient de quoi encaisser des centaines d’impacts directs avant que la structure globale du vaisseau ne soit seulement mise en difficulté. Cela correspondait parfaitement au style et à la personnalité du Seigneur Inquisiteur : résistant comme une montagne et fait pour aller droit au but.

- Nous sommes arrivés à portée de tir maximale. Chaque minute augmentera nos probabilités de toucher la cible.
- Tirez tout de suite, ordonna-t-il sans sourciller. Qu’ils sachent que nous sommes là.
- Affirmatif.

Une puissante décharge d’énergie concentrée partit en direction du Vaisseau-Tombe. Celui bougea à une vitesse surprenante par rapport à sa taille et évita largement le tir. Il se désintéressa des quelques vaisseaux impériaux encore en état de répliquer et commença à se diriger vers le Vaisseau-Noir.

- Ils vont probablement téléporter des troupes parmi nous, dit laconiquement le Seigneur Inquisiteur. Vous savez quoi faire, ma dame.

Cela n’était pas une question mais une affirmation.

Elle ne put que serrer les poings face à son ton autoritaire lui indiquant sans appel qu’il prenait sa présence pour acquise.

Elle ne lui répondit pas ; pas directement en tous cas. Activant le haut-parleur du comvox de son casque, la Sœur Supérieure Tinémone dit d’un ton glacé : « Adeptas Sororitas, préparez-vous à servir. »

***

Wulfric fit faire une embardée à sa navette et esquiva une décharge pyro-acide à haute vélocité. En perdant leur vaisseau-mère, les Tyranides venaient de perdre la bataille. Déjà désorganisés par l’action du Sépulcre Nécron, ils étaient désormais privés de leur plus puissant relais vers l’Esprit de la Ruche. La plupart des vaisseaux d’une taille relativement importante reprenaient donc un comportement lié à l’instinct, et celui-ci leur commandait de fuir et se regrouper. Les plus petits organismes faisant office de chasseurs étaient au contraire comme fous, volant et tirant au hasard. Ils s’acharnaient sur les cibles les plus proches, Nécrons, pour la plupart ; ils se tiraient également les uns sur les autres.

Wulfric, tout comme les rares survivants de son escouade, jouait du champ d’astéroïde comme d’un terrain truffé de cachettes mobiles et de zones d’esquives cruciales. Sans cela, ni lui ni ses camarades n’auraient pu espérer parcourir ne serait-ce qu’un kilomètre en dehors de l’enfer qu’ils venaient de quitter. Mais esquiver les astéroïdes eux-mêmes relevait de la prouesse même pour un as bien entrainé et au meilleur de ses capacités.

Et tous les Space Marines étaient épuisés.

- Est-ce que les insectes nous poursuivent ?! demanda Ryanor par l’intermédiaire de sa radio.
- Négatif. S’éloigner d’eux suffit à avoir la paix. Ils ont perdu toute cohésion.
- Restez concentrés, par le Trône ! Chaque mètre qui nous éloigne des Tyranides nous rapproche des Nécrons !
- Je n’en ai pas en visuel pour le moment, dit Ambrosius d’une voix troublée par la douleur. Quelque chose de votre côté ?
- Uniquement des… Vol de Mécanoptères à 8-6-54-9 ! Escadrille de 6 appareils ! Ils se dirigent tous vers la navette de Tenaka !
- Laisse-les venir, répondit le fils du Khan d’une voix pleine de défi.
- A quelle distance sont les vaisseaux qui nous restent ?!
- A l’autre bout du champ d’astéroïde… Presque toute la flotte est perdue…
- Dans ce cas nous allons… Que…

Les communications furent interrompues. Un signal d’une puissance supérieure écrasa les ondes courtes émises par les navettes. Une voix glaciale transmise par un son grésillant résonna avec une puissance telle dans les communicateurs des navettes que tous furent momentanément déconcentrés, malgré leur casque.

- Capitaine Wulfric ?
- Cette voix… murmura le guerrier de Fenris en ouvrant la bouche sous le coup de la surprise. Qui… ? Comment savez-vous que…
- Mes seconds affirment vous avoir vu sortir du Vaisseau-Ruche principal. Je vois mal qui d’autre aurait pu survivre à pareille destination. Rejoignez ces coordonnées, votre récupération est en cours.
- Reçu, répondit Wulfric sur un ton glacial.
- Capitaine ? demanda Ryanor en percutant un des Mécanoptères Nécron qui poursuivait Tenaka pour le faire s’écraser sur un des énormes blocs de pierre flottant non loin. Nous avons un nouvel ami dans le secteur ?
- Ce n’est certainement pas un ami, trancha le Space Wolf d’une voix sombre et néanmoins quelque peu soulagée. Les codes d’identifications de ce vaisseau, tu les reçois ?
- Négatif, tout est brouillé.
- Idem… commenta Ambrosius qui commençait à comprendre.
- Pareil ici capitaine.

Un petit moment de silence s’écoula avant que Wulfric ne reprenne la parole. Il était impossible de dire s’il était satisfait ou non de cette arrivée, mais il obéissait déjà à l’injonction qu’on leur avait communiquée à tous.

- C’est le Virtuous Executioner.
- Ce qui veut dire ? se risqua à demander Ryanor.
- C’est le plus lourdement armé des Vaisseaux Noirs du Segmentum entier. Le Seigneur Inquisiteur Talaran en personne nous honore de sa présence.

***

Chaque mort était drainée, et concentrée par l’intermédiaire de l’artefact. Plusieurs dizaines de milliers d’âmes de ces créatures qui se nommaient « humains » avaient déjà été moissonnée.

C’était très insuffisant.

En comparaison de son effectif de départ, la flotte de ceux qui vénéraient les C’tan comme des dieux, contrairement à la plupart des autres membres de leur propre espèce désormais, avait été réduite à un nombre ridicule.

Un Vaisseau-Tombe était trop endommagé pour poursuivre le combat par la faute des insectes. Un second était tombé emporté par le sacrifice de plusieurs dizaines de vaisseaux humains suicidaires. Les Scythes n’étaient plus que deux. Les croiseurs légers de classe Shrouds s’étaient tous sacrifiés pour servir d’avant-garde, ce qui avait été payant. Les escorteurs Jackal et Dirge n’étaient plus assez nombreux ou en assez bon état pour faire la différence. Faucheurs, Moissonneurs, bombardiers Night Shroud et Mécanoptères n’étaient de leur côté que des quantités négligeables pour les adversaires qui leur restaient.

Le dernier arrivant en particulier semblait plus que jamais prêt à en découdre.

Et l’ultime Vaisseau-Tombe était prêt à lui faire ce plaisir, simplement parce qu’il s’en savait capable. Cela avait été calculé.

Le Seigneur Nécron vit défiler devant ses yeux sans-vie et artificiels des schémas de structure d’attaque planifiés et dessinés avec soin durant des millénaires de guerre, instantanément réadaptés aux spécificités de ce champ de bataille immédiat.

Champ d’astéroïde : analysé.

Nombre de vaisseaux ennemis et leurs capacités : enregistrés.

Restes de la flotte des insectes : pris en compte.

Rien ne devait être laissé au hasard, car le hasard n’existait pas. Cette notion était envisageable uniquement pour une espèce incapable de calculer avec suffisamment de précision. Si un humain considérait pile ou face comme un jeu de hasard, un nécron aurait calculé la résistance de l’air, son taux d’humidité, le poids et la matière de la pièce, la force et l’angle du lancer, les vibrations des respirations… Le hasard était une notion qui n’avait pas de sens pour un Nécron. Tout n’était qu’un calcul plus ou moins compliqué.

Et celui-ci était simple, à bien des égards.

Le vaisseau esquiva avec un peu plus de difficultés un tir venant de loin. Les humains gagnaient en précision. Cela ne suffirait jamais.

***

- Ces saloperies refusent de céder ! Elles me collent au train !
- Laisse-les s’approcher ! hurla Wulfric.
- Capitaine ?
- Fais-moi confiance et ralentis, au nom de ton foutu Khân !

Tenaka s’exécuta sans comprendre. La tension crispait ses mouvements et plusieurs tirs commencèrent à érafler sa coque. Une embardée lui permit d’éviter trois tirs directs avant de prendre un nouveau dégât dans les moteurs.

- Largue tes contre-mesures maintenant ! vociféra Wulfric.

L’ordre avait été donné avec tant d’aplomb que Tenaka avait réagi sans même réfléchir, comme un réflexe conditionné d’obéissance.

Les navettes Arvus avaient pour caractéristiques de ne pas être armées, servant généralement au transport d’homme ou de matériel, mais il avait été prévu qu’elles puissent larguer de quoi intercepter d’éventuels missiles traqueurs.

A très courtes portée, cela pouvait très violemment percuter un poursuivant.

Et les Mécanoptères étaient beaucoup trop proches.

- Où avez-vous appris ça ? demanda Ryanor.
- Avec des Ultramarines.
- Vraiment ?
- Non ! répondit Wulfric en riant aux éclats.
- Et il nous demandait de rester concentré… se désola Ambrosius.
- A combien sommes-nous du Vaisseau-Noir ? Mes senseurs sont endommagés !
- En poussant les moteurs plus que quelques min…

Cette phrase ne connut pas de fin ; l’Arvus de Wulfric venait d’exploser, pulvérisée par le tir direct d’un Faucheur ayant bénéficié du couvert du champ d’astéroïdes. Les Marines n’avaient pas été les seuls à jouer du terrain comme d’un allié. Et les Nécrons les avaient surclassés de très loin.

***

- Feu de toutes les armes, ordonna Talaran avec une autorité glaciale. Ne les laissez pas esquiver. Anticipez, par l’Empereur !
- Nous avons atteint la cible !
- Vous avez des yeux défaillants, maître artilleur ? Vous voyez bien que ce vaisseau n’a subi aucun dommage !
- C’est… impossible monseigneur. Il est exactement là où la grille indique que notre tir est passé ! C’est comme si cela l’avait traversé sans rien lui faire ! Comme un spectre…
- D’autres remarques pertinentes de ce genre et vous terminerez serviteur d’arme, répondit sèchement Talaran. Les Xénos ont des technologies impies que nous ne comprenons pas. Dans pareil cas, que font les serviteurs de l’Imperium ?
- Ils s’acharnent, répondit simplement le maître-artilleur.
- Exactement, répondit pour lui-même le Seigneur Inquisiteur, fixant l’espace depuis la baie d’observation avec une expression de haine glacée.
- Notre Flotte est pratiquement désemparée, monseigneur. Leurs tirs de riposte sont presque symboliques. Je crois qu’ils n’ont plus ni chasseurs ni torpilles. Certains d’entre eux résistent un peu plus vigoureusement depuis notre arrivée.
- Le Vaisseau-Tombe est focalisé sur nous, cela n’a rien d’étonnant, répliqua l’inquisiteur assez sèchement pour inciter ses officiers au silence.
- Navettes Arvus en approche ! relaya l’un des conscrits chargé des senseurs. Atterrissages prévus dans deux minutes ! Ils sont poursuivis !
- Comment ne l’avez-vous pas vu plus tôt !? Cette faute seule devrait vous conduire à l’échafaud !
- Monseigneur… Aucune fréquence ne passe ici, nous ne parvenons à activer les communicateurs qu’en les portants à pleine puissance. Les données radar…
- Pas d’excuses ! Faites décoller la chasse pour couvrir leur arrivée ; user des tourelles les mettrait trop en danger.

L’ordre n’eut pas besoin d’être relayé, la voix du Seigneur Inquisiteur étant relayée auprès de chaque officier d’importance du vaisseau, hangars compris. Une quarantaine de Lightning quitta le Virtuous Executioner comme une nuée de frelons partant défendre sa ruche.

Les navettes Arvus étaient suivies de très près, mais le pilotage émérite de ses occupants leur permettait de gagner de précieuses secondes. Les chasseurs arrivaient dans leur direction, plus rapides que jamais. Mais pour au moins une des navettes, il avait déjà été trop tard.

***

Ils avaient commencé à recevoir les premières salves du vaisseau ennemi sans trembler. Les boucliers tenaient le coup, et ce serait sans-doute encore le cas un moment. Les vibrations des tirs émis par leur propre vaisseau avait quelque chose d’angoissant pour lui. C’était la preuve qu’ils étaient attaqués depuis l’extérieur ; ce à quoi il ne pouvait rien. Et de façon étrange, il en arrivait à souhaiter qu’on les aborde, car sur cela, il pouvait avoir une influence.

Il pourrait combattre et s’en réjouissait donc ; plusieurs parmi les soldats embarqués affectés aux équipes anti-abordage du Virtuous Executioner partageaient sa façon quelque peu étrange de percevoir les choses. Et pourtant il était mal à l’aise. Pas à cause de l’abordage annoncé comme imminent, mais à cause de leurs alliées…

Elles étaient humaines, et pourtant…

Il se dégageait d’elles une foi si pure et indéfectible qu’elles le faisaient se sentir comme souillé ; la moindre pensée impure, la moindre défaillance dont il aurait ne serait-ce que potentiellement pu se rendre coupable le faisait se sentir comme déjà digne d’être condamné.

Ces armures immaculées respirant la puissance… Ces symboles superbes trahissant le raffinement et la beauté… Et ces visages fins de femmes au regard d’acier… il avait l’impression d’avoir à côté de lui l’idéal de ce que pouvait produire l’humanité, et il se sentait profondément petit, dans son armure carapace, avec son simple fusil à pompe. Le seul fait qu’il pense de cette façon le faisait se sentir indigne.

L’une des sœurs le regarda, lui plutôt que quiconque au sein de la troupe. C’était l’une des plus jeunes guerrières, et elle semblait pourtant si aguerrie…

Elle lui sourit.

Il s’étrangla presque, totalement désarmé face à ce qu’il interpréta comme un air de sincère bienveillance à son égard. Ces femmes étaient là pour combattre, et s’adonner à une lutte au nom de la foi par sens du devoir ; et ces expressions sévères, concentrées, ferventes ! Rien de tout cela n’égalait le sourire dont il venait d’être gratifié ; il avait l’impression d’être en présence d’une sainte.

Quand les premiers Nécrons se téléportèrent au sein du vaisseau, il n’était pas parfaitement concentré. Cela lui fut fatal.

***

Liuke n’était pas un lâche.

Les généraux, les amiraux… Beaucoup parmi eux atteignaient ce statut à force d’intrigues et de complots ; on pouvait devenir seigneur général sans avoir jamais vu un champ de bataille de sa vie simplement en étant un animal politique assez doué.

Sans avoir commencé comme un simple conscrit, et né au sein de la Navis Nobilite, l’amiral Liuke avait gagné ses galons par un apprentissage réellement méritoire, autant obtenu dans les livres d’étude que sur le champ de bataille. Il connaissait la peur, car seuls les fous, les idiots, ou les Anges de l’Empereur ignoraient la peur ; pour autant, il avait appris à composer avec cette donnée. Il avait eu peur de plusieurs façons : peur pour sa vie, peur pour ses meilleurs hommes et parfois amis, peur pour son vaisseau, puis pour ses premières flottilles…

En cet instant, Liuke n’avait pas peur ; car il se savait condamné. Il n’y avait nulle part où fuir, et les calculs nécessaires pour un saut Warp avaient beau être faits depuis longtemps, il s’y refusait. On l’avait envoyé ici pour combattre jusqu’à la fin ; s’il pouvait faire quoi que ce soit pour continuer à faire mal à l’ennemi il le ferait. Il avait reçu des nouvelles presque encourageantes de la Barge de Bataille du capitaine Dac’Tyr. Ses hommes étaient parvenus à rétablir certaines parties essentielles de son vaisseau parmi lesquelles les tourelles de flanc et certains champs de boucliers.

Tous les vaisseaux qui pouvaient encore ne serait-ce que manœuvrer étaient en formation de défense. Plusieurs autres étaient encore désemparés mais les équipages travaillaient d’arrache-pied à rétablir les systèmes vitaux. Avec quelques heures de répit, ils pourraient retrouver leurs fonctions basiques. En une journée, ils seraient pour la plupart prêts à engager un nouveau combat. Mais pour les deux tiers de la flotte humaine au total, il n’y avait plus rien à espérer.

- Où… Où en sont les insectes ? demanda l’amiral d’une voix où l’on devinait la fatigue.
- Ils quittent le champ de bataille, monseigneur. Du moins ils essaient. La perte de leur vaisseau de commandement principal semble les avoir perturbés et ralentis.
- Si les Nécrons se focalisaient sur eux il ne resterait rien de leur flotte toute entière, dit Liuke pour lui-même avec amertume. Ils sont si peu nombreux à présent… avec ce qui reste de nos forces et l’arrivée du Vaisseau Noir de Talaran même nous pourrions les achever.

Le vaisseau privé de boucliers essuya un nouveau tir du Scythe restant, et il trembla, des étincelles jaillissant de plusieurs cogitators et écrans de la passerelle de commandement déjà tellement endommagée. Des tuyaux charriant du liquide de refroidissement exhalaient des vapeurs malodorantes qui retombaient en bruine sur une partie de l’équipage dont certains membres étaient inconscients.

- Que faisons-nous amiral ?
- Nous avons reçus l’ordre d’adopter cette position défensive et c’est exactement ce que nous allons continuer à faire. A ma connaissance Talaran à l’expérience de la Marine, il n’agit pas au hasard. Il doit estimer que nous pouvons tenir… Ou que notre sacrifice serait utile d’une façon ou d’une autre. Je doute cependant que ce soit cette option : ils ont tout fait pour attirer le Vaisseau-Tombe sur eux.
- Vous voyez un schéma tactique se dessiner dans ses actions, amiral ?
- Si j’arrivais à entrer dans la tête d’un salopard d’inquisiteur de sa trempe je serais un Haut Seigneur de Terra, cracha Liuke d’un ton glacial.
- Communication entrante ! cria le dernier officier des radios en pleine possession de ses moyens. C’est le Virtuous Executioner.
- Transmettez uniquement via les conduits audio. Inutile de détourner la moindre once d’énergie vers des écrans inutiles.

La vérité plus pragmatique était que Liuke ne voulait pas plus voir la sale trogne de Talaran qu’il ne voulait qu’il voit la sienne. Lorsqu’il entendit sa voix, il ne put s’empêcher de légèrement tressaillir.

- Amiral, comment se porte le reste de la flotte ? Nous n’arrivons pas à contacter la Barge de Dac’Tyr.
- Leur système de communication a été très sérieusement endommagé et leur Astropathe a perdu connaissance. Nous l’avons appris grâce à un système de signaux lumineux. La flotte… Nous tiendrons encore quelques heures mais le harcèlement constant des Nécrons restant suffit à nous mettre en difficulté, nous avons tous subis des dommages importants. Ne plus avoir le Vaisseau-Tombe ni les Tyranides sur le dos nous offre un sursit mais il sera bref.
- Ne vous inquiétez pas de ça. Vous allez poursuivre les Tyranides en fuite. Formation du Croisé Bourreau.
- Monseigneur… Je… Avez-vous bien entendu mon rapport de situation ? Nous sommes harcelés par les Nécrons et la position défensive est notre seule façon de tenir !
- Je ne vous demande pas de tenir mais d’obéir. Exécutez mes ordres. Je détesterais d’avoir à me répéter. Vous êtes venu pour les Tyranides, et vous allez les avoir.

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crimson First
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron


Messages : 69
Date d'inscription : 01/03/2016
Age : 16
Localisation : genève

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Lun 2 Mai - 18:18

Pas lu ^^ pour pas me spoil mais comme sa j’empêche Monsieur toujours premier d'être premier XD

Et bien en tant que modérateur permets moi d'éditer ton message pour t'offrir ce troll d'or, toutes mes félicitations ! XD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galdros
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 10/06/2011
Localisation : Némira

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Lun 2 Mai - 19:52

Quel vilénie, je vais te spoil toute l'histoire alors pour me venger Twisted Evil.

Je plaisante, bon sur ce j'ai lu en entier ce chapitre 30 qui n'est pas encore le dernier. J'ai eu un peu de mal à raccrocher les wagons aux début, je me souvenais plus trop ou l'on en était à la fin du 29. Encore un très bon chapitre, je vais détaillé quelques points en spoil pour pas gâcher la surprise à ceux qui n'ont pas encore lu.

Spoiler:
 

Voila voila, bon c'est ou pour pré-commander la suite ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elegost13
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron


Messages : 82
Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 37
Localisation : Istres

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Lun 2 Mai - 23:47

ATTENTION NE LISEZ PAS MON COM AVANT D'AVOIR LU LE CHAPITRE

JE RÉPÈTE

ATTENTION NE LISEZ PAS MON COM AVANT D'AVOIR LU LE CHAPITRE











Encore un très bon chapitre merci cheers

Comme Galdros j'aurai souhaité une description un peut plus poussée de la destruction du vaisseau tiranide.

La disparition du Loup m'a pris à contre pied bravo ! Je ne m'attendais pas à celle là.

Il y a juste un petit passage où j'ai u du mal à identifier la personne qui a été déstabilisé pas le sourire de la sœurette de bataille (cette allumeuse alors).

En tout cas je suis impatient de lire la suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Mar 3 Mai - 1:37

Arriver à surprendre est une chose primordiale, je suis donc heureux d'y être parvenu ^^

Concernant l'implosion en elle-même et bien... vous avez sans doute raison mais mis à part donner des détails qui sur le moment me paraissaient superflus je ne vois pas bien ce que j'aurais pu faire. Car j'aurais effectivement pu décrire les flammes s'échappant de l'intérieur du vaisseau par divers endroits, les rares poches de gaz et d'oxygène qui s'embrasent, les tyty à l'intérieurs qui se font tous souffler... mais c'est tellement présent de façon implicite que je n'ai pas pensé à le faire de façon explicite. J'aurais peut-être dû, mais sur le moment je me suis concentré sur les autres éléments du récit.

Elegost : pour le personnage en compagnie des Soeurs c'est vrai qu'il sort de nulle-part, j'aurais peut-être dû le présenter de façon plus claire au début mais je pense que la présence des soeurs après coup resitue assez bien le contexte donc je vais laisser en l'état ^^

Et les soeurs de batailles peuvent être extrêmement craquantes ! Voire allumeuses ! La preuve par ce dessin d'un artiste chinois : http://farmace.deviantart.com/art/Battle-Sister-Squard-565324655

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galdros
Mécharachnide
Mécharachnide
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 10/06/2011
Localisation : Némira

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Mar 3 Mai - 3:08

Ah c'est sur que les soeurs sont de sacré allumeuse. Surtout avec un lance flamme.

Félicitation à Crimson pour son prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setekh le destructeur
Destroyer
Destroyer
avatar

Messages : 553
Date d'inscription : 07/09/2014
Localisation : Perdita

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Jeu 5 Mai - 22:54

Encore une fois un très bon chapitre. Concernant la mort de Wulfric je m'attendais à un plot twist du genre "en fait il est vivant parce que c'est un héros" comme on nous en sert trop souvent (et ça m'aurait pas mal déçu) mais du coup ça m'a beaucoup surpris : il meurt au moment où on ne s'y attend pas et cette mort n'est pas développée pendant 150 paragraphes. Bien joué sur le coup!
J'attends la suite avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Ven 6 Mai - 6:09

Merci Setekh ^^

Concernant les morts des personnages en général, je n'ai jamais aimé les scènes qui durent 150 pages comme tu dis : les derniers adieux larmoyants, le "dis à ma femme que l'emmer... que je l'aime", le "tu as bien combattu soldat" et tous les poncifs du genre m'ennuient.

Une bonne mort doit être à l'image de la mort elle-même : moche, brutale, parfois terrible car inévitable ou surprenante car inattendue.

Tous mes personnages principaux dans cette histoire ont eu une mort de ce type histoire de vous prendre de court, parfois comme avec Sandro je les ai mêmes volontairement cachées histoire de leur enlever la portée dramatique habituelle au profit d'un réalisme plus cru.

Après, est-ce que Wulfric est VRAIMENT mort ? ^^ C'est MOI qui décide ^^

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artefact
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron
avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 12/03/2013

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Dim 8 Mai - 1:06

Salut!

Alors, comme je suis un (troll) pointilleux:

-Pour dire vrai, ils ne revenaient même pas d’être encore en vie -> ils N'EN revenaient

 -jouait du champ d’astéroïdeS 

 -jouait du champ d’astéroïdeS (deuxième citation, il ne s'agit pas d'un doublon)

Un petit détail sans importance: "quand la courroie d’alimentation": je suis pas spécialiste de la technologie de l'Imperium, mais une courroie d'alimentation, j'arrive pas à conceptualiser le truc. Le mot "courroie" me laisse coi.

Pour le reste... Encore une bataille spatiale, et pourtant c'est une fois encore haletant, les personnages présents très bien amenés et utilisés. Le bonus Sœurs de Bataille est super.

Je pensais que le chapitre 30 serait le dernier, je suis agréablement surpris que ce n'est pas le cas, cela fera au moins encore un chapitre supplémentaire à lire avec plaisir. Et puis il y a encore trop de survivants, tu ne peux pas t'arrêter maintenant eheheh

Bon trêve de bavardage, au boulot Farmace, je veux la suite/fin de cette histoire!

Ah, et oui, encore bravo!

PS: je suis entièrement d'accord avec ta façon de voir la mort des personnages principaux. La méthode américaine m'horripile hautement avec leurs phrases qui gâchent le suspens tellement on le sent venir. Continue de nous surprendre. Merci aussi pur ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
dynaste
dynaste
avatar

Messages : 3305
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Dim 8 Mai - 7:23

Merci beaucoup Artefact ! J'espère que la suite et la fin te conviendront (à priori je dirais qu'il reste deux chapitres au total ^^).

_________________
N'hésitez pas à aller dans la section "récits" jeter un oeil à mes écrits, et s'ils vous plaisent (ou pas d'ailleurs), laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir Wink

http://necrons.forumactif.com/f18-recits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crimson First
Guerrier Nécron
Guerrier Nécron


Messages : 69
Date d'inscription : 01/03/2016
Age : 16
Localisation : genève

MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   Dim 15 Mai - 9:20

Nan nan nan Artefact! Je suis le big boss des troll, mais contrairement à 99,99999% des trolls (soit tous sauf moi) sont completement... Euh disons ils ont la même intelligence qu'un bouffeur de chair en manque de sa bouffe préférée alors que moi, je suis de l'intelligence... Qu'un Warrior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par le Mal Chapitre 30 : Improbabilités
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Nécropole :: Background et projets :: Récits-
Sauter vers: