Le forum français Nécron du Jeu Warhammer 40.000
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les chroniques d'Ashok

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titi
Scarabée
Scarabée
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 07/09/2015
Localisation : Paris

MessageSujet: Les chroniques d'Ashok   Ven 20 Jan - 1:15

Bonjour à tous,

Voilà, on est une bande de potes qui sommes des fans du fluff de Warhammer.

On est 5 a se faire plaisir et on joue différentes races. Et comme on se fait de plus en plus de parties, un pote ( qui joue tyranide et qui écrit super bien à mon goût) a décidé de faire des scénarios qui iront avec les parties qu'on se fait, et qui selon la victoire ou défaite change carrément le déroulement de l'histoire.

Je vais vous linker l'histoire d'Ashok, mon personnage. Un Overlord Necron.

Je vous souhaite une très bonne lecture, j'espère avoir des retours et n'hésitez pas à me dire si ça peut être cohérant avec le fluff Nécron. Eividement on est au début de l'histoire.

Je vous mettrai aussi les RB au fur et à mesure.

Encore une fois bonne lecture à vous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titi
Scarabée
Scarabée
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 07/09/2015
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Les chroniques d'Ashok   Ven 20 Jan - 1:16

IOIIIOIIIOOOIOIOIOIIIOIIIIIOIOOIOOOIIIOIIIIOOOIOIIIOIOIOIIIOIIIOOOIOIOIOIIIOIIIIIOIOOIOOOIIIOIIIIOOOIOIIIOIOIOOOIIIIIIOOI
OIOIOOOIIIIIIOOIOIOIOIIIOIIIOOOIOIOIOIIIOoIIIIIOIOOIOOOIIIOIIIIOOOIOIIIOIOIOOOIIIIIIOOIOIOOIIIOIIIIOOIOIIIOIIIOOOIOIOIOI
IIOIIIIIOIOOIOOOIIIOIIIIOOOIOIIIOIOIOOOIIIIIIOOIOIOIOIOIOIIIOOIIOIO...étaient les premières informations que les cogitateurs 
primaires d'Ashok recevaient depuis des millions d'années. Ses transcodeurs interprétèrent le signal et le transcrivirent en un message
 compréhensible pour l'Overlord :

48.85661
2.352219999999
-6349

Des coordonnées planétaires.

17h 45m 37.224s, −28° 56′ 10.23″

Des coordonnées galactiques.

Lorsque la vue revint à Ashok, Orikan le Transcendé se trouvait au dessus de son caisson de stase, contemplatif. Ce dernier était un illustre
 cryptek, un scientifique necron, et il semblait disséquer l'overlord de ses yeux mécaniques.

- Que fait-il ici? se demanda Ashok.

- Je viens te réveiller, R'ba.

Ashok fut stupéfait, le cryptek avait lu dans ses pensées.

- Non, reprit Orikan, tu penses à "Voix haute". Effet secondaire de la stase. C'est fréquent chez les éveillés. Ta mémoire va revenir, R'ba.

Effectivement cela revenait petit à petit. Les élites possédaient l'Esprit pour penser, et la Voix pour commander...

- Restes tranquille, R'ba. Tes mémoire sont en cours de téléchargement, dit Orikan toujours penché au dessus du caisson.

Ashok prit conscience qu'il était allongé. Par réflexe, il voulu se lever, mais Orikan le plaqua au fond du caisson avec le bout de son bâton.

- Je t'ai dit de ne pas bouger, R'ba!

Des octets de souvenirs affluaient en lui de façon exponentielle. Les renaissants, les sécessionnistes, les C'tans, le Roi Silencieux, le grand
 sommeil, les Necrontyrs...

Ashok eu un tic de la tête, réminiscence de son corps organique.

Les élites bénéficiaient de copies de leur propre mémoire. Avant le grand sommeil, les "Adeptes du Savoir", appelés crypteks, connaissaient
 les effets secondaires de la stase. Ils avaient donc copié les souvenirs des élites afin de les stocker sur des serveurs auxiliaires reliés à
 chaque caisson. Les crypteks avaient tenté de limiter les pertes ... Mais limiter seulement. Quelle partie de la civilisation Renaissante avait
 disparu avec le grand sommeil?

Subitement, comme une violente  prise de conscience, Ashok se souvint... des corps. Les Maîtres avaient accordé aux élites, l'immortalité 
des corps. En contre partie, ceux-ci avaient sacrifié leur peuple. Des milliards de necrontyrs furent décérébrés pour assouvir la soif d'éternité
 des classes dirigeantes, transformant ainsi la race toute entière en necron, en renaissant... 

Désormais, la société  se divisait en deux : les élites qui possédaient l'Esprit et la Voix, et les diats, le feu peuple, qui en étaient dépourvu.
 Ce nouvel ordre social avait permis l'édification de l'empire renaissant. Les diats exécutaient ce que les élites ordonnaient grâce à la Voix,
 un programme de soumission inconditionnelle implémenté dans chaque Esprit. Le programme était relié à un second logiciel de partage de
 pensées. Les scientifiques et les nobles pouvaient ainsi penser de façon publique : " à Voix Haute", ou privée : "à Voix Basse". Dans ce cas
 de figure, ils devaient géolocaliser l'adresse IP de l'interlocuteur désiré, puis lui transférer une pensée ou une idée.

Sur le côté du caisson, un voyant passa du bleu au jaune et le cryptek s'adressa à Ashok :

- Le téléchargement est complet, R'ba.

Orikan souleva son bâton et Ashok tenta de se relever pour s’asseoir, mais quelque chose entrava son corps.
"Les câbles" se rappela-t-il, en les arrachant négligemment un à un, avant de se mettre debout et d'inspecter les environs.

Partout autour de lui, des caissons de stase. À perte de vue, des sujets assoupis. Dans les allées, les spyders Canoptek et les scarabs 
assuraient la maintenance de la crypte, comme un tapis d'acier mouvant recouvrant les dalles de pierres. Parmi la masse grouillante, Ashok
 reconnu la silhouette fantomatique des Wraiths, les gardiens robotisés de la crypte. Contrairement aux élites et aux diats, les machines
 étaient restées éveillées durant le long sommeil, et n'avaient eu cesse de veiller sur leurs maîtres assoupis.

Soudainement, les pensées d'Ashok se brouillèrent. Il fut ramené par un songe dans le passé. Il revoyait le caisson de stase se refermer à 
la droite du sien, alors que lui-même s'apprêtait à s'endormir. Il revivait la scène, et tout était si réel! Le silence, l'immobilité, la solitude,
 et par dessus tout, cet horrible sentiment qu'une civilisation s'apprêtait à disparaître...

Un sursaut de tension fit tressaillir son corps. Ashok revint au présent, au cliquetis des scarabs, au ronronnement des moteur, à la frénésie
 de l'Eveil. Le mouvement de la réalité tranchait avec l'immobilité du songe et il s'en réjouit.

- Tu vas avoir des problèmes de surtensions, lui dit Orikan. Autre effet secondaire. Il faudra t'adapter, R'ba.

Le Transcendé actionna la commande d'ouverture du caisson attenant à celui d'Ashok, celui de ses souvenirs...

- D'autre chose à savoir, R'ba? demanda l'Overlord qui testait l'agilité de son corps alors que le caisson de stase voisin s'ouvrait doucement. 

- Tous les sujets sont différents. Ce sera à toi d'évaluer tes défauts et de les compenser, R'ba, répondit le scientifique 

La maîtrise des champs de gravité avait permis aux crypteks d'inventer toutes sortes d'objets capables de déjouer les lois de l'apesanteur,
 ainsi le lourd couvercle de métal vint se poser avec légèreté sur le sol glacé.

Quelques secondes s'écoulèrent, puis Ashok et Orikan captèrent une Voix provenant du tombeau :

- Orikan le taré, ici?

- Tu penses à Voix haute, Suh! répondit Ashok.

Orikan, qui s'appuyait sur son bâton tel un pèlerin exténué, ne releva pas la remarque et passa au caisson suivant.

Un corps squelettique blindé émergea du module de stase. Il fit tomber les câbles de maintenance sans même les toucher. Déverrouillage
 magnétique, Ashok s'en souvenait maintenant.

Il s'agissait de Lord Jaheliak de la dynastie B'got. Ils se connaissaient depuis toujours et Jaheliak était le plus proche et le plus loyal de ses 
Djé-okts : "ceux-qui-conseillent."

- Stop.

Ashok avait porté son attention sur un Wraith qui passait à proximité et lui avait uploadé sa volonté. La machine s'immobilisa sur le champ.
 Alors que ses moteurs bourdonnaient paisiblement, elle attendait son prochain ordre.

- Que fais-tu, Ott? demanda Jaheliak dont la lorica rayonnait fébrilement.

- Je m'exerce à la Voix, et tu devrais en faire autant,Suh.

Le vassal sembla retrouver la mémoire.

- Patrouille! pensa Jaheliak, mais la machine resta immobile.

- Tu n'as pas entré l'adresse IP du Wraith. Concentres toi, Suh.

Jaheliak s'exécuta et fit repartir la machine sans qu'Ashok ne l'entende.

- De quoi te souviens-tu Suh? demanda t-il.

Jaheliak attendit quelques secondes avant de répondre :

- De tout je suppose, Ott.

L'overlord fut satisfait de la réponse, car il redoutait que son plus fidèle Djé-Okt ait été altéré par le grand sommeil.

Ashok posa le pied hors de son caisson, et une nuée de scarabs débuta son travail de maintenance en remontant le long de sa jambe.

Un peu plus loin, un troisième caisson s'ouvrit dans un souffle.

- R'ba Burnovk Ott! pensa Jaheliak pour Ashok.

Des necrontyrs, les necrons avaient gardé le marquage social systématique dans les conversations, et chacun signifiait son rapport de
 domination/soumission à l'autre. Ces marqueurs se décomposaient en trois catégories : Suh, R'ba et Ott. 

Suh ou : « toi-que-je-soumets » était employé par un noble s'adressant à ses vassaux. Lorsque deux renaissants possédaient le même
 niveau social, ils employaient le R'ba. Enfin lorsqu'un necron s'adressait à son Lord il employait le mot Ott : «toi-qui-me-soumet».

Les scarabs avaient désormais entièrement recouvert le corps d'Ashok. Les nano-machines inspectaient les Elites à chaque retour de mission. 
Elles passaient au crible les impacts, les variations de températures, les angles de déformations. Ensuite, elles comparaient ces variations
 aux fiches techniques de références définit par l'hôte. Enfin elles rectifiaient ces différences, réparaient les avaries, graissaient les jointures
 et calibraient les armes. Cette myriade de petites mains exonérait les necrons de tous travaux de maintenance, ce qui laissait le temps à
 ces derniers de se consacrer exclusivement aux affaires militaires et politiques. Cette répartition des tâches avait grandement favorisé
 l'expansion necron au cours des millénaires, et une fois transférés dans ces corps immortels, les renaissants ne firent plus qu'une chose : 
la guerre.

- Un excellent combattant Suh, rebondit Ashok, à propos de Burnovk.

L'Overlord fut à nouveau submergé par une vague de souvenirs. Son vassal avait été un necrontyr doué pour la chose militaire, et le
 transfert n'avait en rien altéré ses qualités. Issu de la noblesse silencieuse, Burnovk avait gagné sa place au sein du Djé-Okt en écrasant
 une crytpe-forteresse sécessionniste au nom des Anhsirks. Cette victoire avait entraîné la soumission des Radekts et consolidé le pouvoir
 de l'Overlord.

Ashok, Jaheliak, et Orikan se tenaient debout, silencieux, leurs silhouettes émaciées perçaient au milieu des Scarabs. Tous trois observaient
 l'Éveil de Lord Burnovk, guettant son premier mot. À la place, celui-ci se leva silencieusement, déverrouilla les câbles qui entravaient ses
 mouvements, puis sortit de son caisson sans mot dire. Ashok lui uploada alors un message :

- Es-tu opérationnel Suh?

Burnovk tourna lentement son regard vers son seigneur :

- Ott, répondit le vassal.

Ashok se contenta de cette réponse. Burnovk n'avait jamais été un être expansif, même quand il était encore fait de chairs et de sang. 
Il avait la particularité de porter des lames moléculaires intégrées à ses omoplates comme deux petites ailes. Lorsqu'il en avait commandé
 l'implantation, il s'était justifié : "Ne jamais prendre un renaissant dans le dos!" 

- Comment va-t-il Ott? demanda Jaheliak alors que les scarabs se propageaient à la surface de son exo-squelette.

- Difficile de diagnostiquer son état. Il nous faudrait l'avis d'un Cryptek, Suh. Et toi, es-tu opérationnel?

- Analyse système en cours. Je parais prêt à combattre Ott, répondit Jaheliak. Ces corps sont toujours aussi surprenant, ajouta-t-il en 
faisant tournoyer un immense bâton de lumière qu'il avait ramassé dans son caisson.


Combien de temps sommes nous resté ainsi, Ott? demanda t-il.

Ashok essaya d'évaluer le temps passé en sommeil, mais fut incapable d'extraire cette information de sa mémoire. Peut-être s'agissait-t-il
 d'un autre effet de la stase.

- Pas la moindre idée, Suh, répondit Ashok.

Un quatrième caisson s'ouvrit et le premier message qui en parvint fut de nouveau une question : "Je suis encore vivant?" L'IP émettrice 
correspondait à celle de Lord Griffikt, un autre vassal et membre du Djé-Okt d'Ashok.

Il tenta de sortir de son caisson mais Orikan le plaqua de son bâton d'anachronie pour lui éviter d'arracher sa connexion corticale.

- Retire ce bâton ou je te...

Arrachant les câbles qui reliaient son bras au caisson, il tenta d'attraper le bâton d'Orikan, mais sa main blindée passa au travers de l'arme.
 Chrono-technologie, pensa l'Overlord. 

- Tu penses à Voix haute, Suh. Maîtrises toi ! le coupa Ashok.

 Griffikt reconnu la Voix de son souverain.

- Bien, Ott, se reprit-il.

Par le passé, de nombreuses batailles avaient opposé la dynastie Anhsirks d'Ashok à celle de Griffikt, les Radekts. Beaucoup de diats 
avaient été détruit, et la conscience de nombreuses élites avait été irrémédiablement perdue durant ce conflit sécessionniste. Ashok avait
 maudit Griffikt pour ses prétentions futiles, mais la futilité faisait partie du personnage. Souvent pointé du doigt pour son anti-conformisme 
voire sa coquetterie, Griffikt n'avait jamais su fédérer au sein de l'élite. C'était d'ailleurs cette antipathie qui l'avait mené à sa perte. Ashok
 avait su rallier sous sa bannière nombre de Lords et Crypteks mineurs, alors que Griffikt avaient progressivement vu le rapport de force 
basculer en sa défaveur. Sentant l'inexorable défaite approcher, le monarque Radekt avait proposé un marcher : sa soumission contre une 
place au sein du Djé-Okt Anhsirk.

Encore aujourd'hui Ashok savait que sa décision avait été la meilleure. Certes, il aurait soumis ou détruit les Radekts si le conflit s'était 
prolongé, mais Ashok était un pragmatique doublé d'un habile diplomate. Il jugea, à l'époque, plus intelligent de marchander plutôt que
 perdre des trésors technologiques dans un conflit inutile.

- Es-tu opérationnel, Suh? demanda l'Overlord à Griffikt.

- Oui, Ott! répondit le vassal, qui en se relevant, dévoila une armure ornée de façon extravagante. Pierreries, peintures, scarifications 
rituelles... Griffikt faisait parti de ces necrons reconnaissable entre tous.

- J'ai besoin du Djé-Okt au complet. Allez me réveiller Neclinak et Shekt, Suh! ordonna Ashok.

- Bien Ott, lui répondirent ses vassaux, et ceux-ci s'éloignèrent d'un pas lourd et cadencé.

Ashok en profita pour faire un bilan de son analyse système, alors que les scarabs se retiraient en une vague grouillante de son exo-squelette. 
Remis à neuf, la crevasse qui barrait son front ressortait plus que jamais.

L'Overlord essaya de se figurer, une nouvelle fois, le temps écoulé depuis son endormissement. Mais l'information resta enfouie dans les
 méandres de ses souvenirs. Il avait obéit à contre cœur à cet ordre qu'il jugeait dangereux. Mais aucun nécron ne pouvait refuser un ordre
 du Roi Silencieux. Les choses avaient  été ainsi écrites par les C'tans, ces dieux dévoreurs d'étoiles. Seul le Roi Silencieux pouvait "Vociférer"
 dans l'ensemble de la galaxie, sa Voix supplantant toutes les autres. 
Les C'tans avaient eux-même rédigé le programme. À l'époque, les dieux avaient argumenté qu'une telle interconnexion ferait passer les
 necrontyrs du statut de race en voie d'extinction, à celui de race supérieure. Sous certain aspect, ils avaient eu raison. Une fois le programme 
de soumission implémenté dans les Esprits, les renaissants marchèrent parmi les étoiles sous la férule du Roi Silencieux. Aucune feecha ne
 leur avait résisté, et leurs ambitions avaient atteint la taille de la galaxie elle-même. 
Puis, il y eu l'exil...

Ashok fut ramené à la réalité lorsqu'il reçu des données brutes provenant de son Djé-Okt. Il s'agissait de données de combats. Ils étaient
 attaqués dans leur propre crypte, comment était-ce possible?

- Chargement du protocole de combat, feechas détecté, Ott! uploada Griffikt.

Pour les renaissants, les feechas, également appelés : hors-necrons, désignaient de façon péjorative toutes les races en dehors de la leur.

Ashok se remémora brièvement tous les instants où il avait reçu cette transmission. Tous les combats qu'il avait mené en écrasant ses
 ennemis, tant de victoires, tant de gloires, tant de satisfactions...

Le protocole de combat était en réalité un mode de communication dit "ouvert." Les élites autorisées à transmettre à leur Ott, ouvraient 
leur pensées de manière à ce que celui-ci pu instantanément recevoir toutes les informations utiles du front. La nature des fichiers transmis
 pouvait varier en fonction de la situation. Mais cela ce résumait essentiellement à des fichiers vidéos, des archives tactiques, des coordonnées
 et des fichiers sons.

Les seigneurs necrons dirigeaient l'action militaire de leurs armées à travers leur Djé-Okt. Plus le nombre de membres en était important 
et plus un lord pouvait affiner ses stratégies. Le nombre maximal de conseillers variait en fonction de la capacité de calculs du seigneur. 
Ashok Anhsirk était parvenu à pousser ce nombre à cinq à force de volonté et d’entraînement. Ainsi, lorsque  le protocole de combat était 
en vigueur, il devait gérer, interpréter, analyser et prendre des décisions en recoupant simultanément jusqu'à 5 sources d'informations 
différentes. 

Ashok fit jouer les rouages de ses doigts avant de serrer le point... Cinq, un nombre parfait!

Pendant une bataille, un flux d'informations trop important pouvait altérer la vitesse de calculs d'un Lord. Les cogitateurs sub-atomique
 pouvaient surchauffer et provoquer des ralentissements, voir endommager la structure même du cerveau. La menace d'une "surchauffe 
cérébrale" faisait peser un poids terrible sur toute la chaîne de commandement.

Ashok se souvint de Lord Kot-Meris pendant les guerres sécessionnistes. Celui-ci s'était jugé suffisamment performant pour se constituer 
un Djé-Okt de neuf membres. En son temps, l'affaire avait fait grand bruit auprès des élites et nombre d'entre eux s'étaient soumis à sa 
volonté. Pourtant, lors de la bataille de Shomtemis, il avait été contraint d'overcloaker ses cogitateurs. Cela lui avait coûté sa santé mentale,
 la bataille, et finalement son pouvoir. Dément, il fut assassiné par la dynastie Nom-Kot.

 Délaissant ses souvenirs, Ashok se concentra alors sur le combat à venir :

- Demande d'images / Demande de caractéristiques / Demande de chiffrage des forces / Demande d'analyse des rendements, Suh.

Dans la fraction de seconde qui suivie, il eut à télécharger un flot monumental de fichiers , et commença à se figurer le combat en cours,
 sans y être encore lui-même.
Les données distinguaient deux catégories d'assaillants. Le premier type de feecha présentait un gabarit légèrement inférieur à celui d'un
 diats ordinaire. Il était pourvu de crocs, de griffes, et de carapace. Ashok dénombra trois paires de membres, ce qui lui évoqua les bjorbas,
 mais les carapaces vertes, et la présence d'une boite crânienne ne concordaient pas.

A contrario, l'autre "assaillant type" présentait des mensurations bien plus imposantes. Également pourvu de six membres, cet ennemi semblait
 se mouvoir par reptation, tel un Djann des mythologies necron.

Les similitudes physiques entre les deux spécimens semblaient confirmer l'idée d'appartenance à une même feecha. La banque de données 
Anhsirk ne possédait aucune archive à leur propos. S'il survivait, Ashok créerait un nouveau dossier au sein de la médiathèque dynastique, 
mais pour l'heure, il avait des assaillants à repousser.

Le premier décompte des forces recensait 150 feechas, contre une vingtaine de renaissants. La plupart des Anhsirks étaient encore en stase 
et les Diats en veille. Heureusement, nombre de machines, ou Shalam'opts, peuplaient la crypte et pouvaient être immédiatement engagés. 
En moins d'une seconde Ashok localisa toutes les adresses IP des serviteurs présents et uploada l'ordre suivant :

- Shalam'opt, rejoignez les coordonnées du Djé-Okt!

Toutes les machines présentes abandonnèrent instantanément leurs tâches et se dirigèrent vers la salle adjacente où se déroulait les combats.

- Nos armes semblent très efficaces sur ces Feechas, Ott, envoya Griffikt.

- Je suis en chemin, tenez la ligne, Suh, répondit Ashok.

Pendant qu'il rejoignait ses serviteurs au front, l'Overlord compilait les informations reçues et assignait ses ordres :

- Serviteur 1010001010001010 cible ennemi 01010101001
- Serviteur 00010101010 cible ennemi 0101010101
- Groupe serviteur 0101010010101 contourne ennemi jusqu'aux coordonnées 98.827685 / 5.6155143 / -2567
- Suh, partagez-moi vos fichiers 1010101 et 0000110101

Les ordres se succédaient à un rythme effréné, mais les millions d'années de sommeil avait engourdi l'esprit d'Ashok, limitant 
momentanément sa capacité de commandement.

- Serviteur 101010101000 déplacement au point 98.737585 / 5.39716 / -2568
- Suh Burnovk, demande mise à jour coordonnées.

À ce dernier message Burnovk ne répondit rien d'autre que :

- Ott!

Surpris par la réponse, Ashok le relança :

- Suh Burnovk, demande mise à jour coordonnées.

Mais la réponse fut identique.

Ashok arriva enfin sur les lieux, une grande salle de stase réservé aux crypteks. Il pu enfin prendre la mesure de la menace. Les feechas 
avaient percé une galerie jusque dans la crypte et un flot ininterrompu de petits spécimens griffus s'y déversait comme les eaux usées d'une
 canalisation rompue. Vers le centre de la salle, l'immense feecha mettait à mal un Spyder Canoptek et sa nuée de scarabs.

Tout en continuant de commander, Ashok aperçu Lord Burnovk au milieu de la mêlée. Étrangement il semblait opérationnel. Ses coups 
surpuissants fauchaient impitoyablement les petits spécimens. Peut-être la stase avait-elle affecté sa capacité à communiquer. Il décida 
de laisser cette question de côté et reporta pleinement son attention sur le combat en cours.

- Ils sont nombreux, Ott, commenta Jaheliak. Mes projections tactiques sont pessimistes. Ils vont nous submerger. Nous ne pouvons pas
 encore nous transférer en cas d'avarie sérieuse.

Le vassal explosa le crâne d'une feecha, d'un coups descendant de son bâton de lumière.

Jaheliak avait raison, habituellement les élites endommagées pouvaient transférer leur conscience dans un
corps de secours. Or les feechas avaient pris Ashok et ses sujets de court. Les protocoles de sauvegarde n'étaient pas encore actifs et
 chaque perte était pour le moment définitive.

- Nous manquons de puissance de feu, Ott,lança Griffikt, qui faisait voler les feechas alentour comme de simples pantins.

- Restes concentré, Suh. Je m'occupe du reste.

- Bien, Ott.

Au centre de la pièce, l'immense feecha était maintenant aux prises avec deux Wraith. Leur chorégraphie ondulante fascina Ashok. Les
 combattants glissaient sans cesse avec grâce, sous les attaques de l'autre. L'Overlord enregistrait le moindre mouvement, le moindre geste, 
enrichissant sa banque de données tactiques. Les renaissants apprenaient sans cesse de leurs adversaires et l'étude des archives tactiques
occupait le plus clair de leur temps.

La grande feecha vrilla en se ramassant sur elle-même pour esquiver un coup, puis bondit comme un ressort. Ses membres antérieures
 traversèrent la carcasse du Wraith comme deux lances traversant une feuille. Puis, le spécimen se cabra pour déchirer la machine. Le 
second Wraith ne survécu pas plus longtemps lorsqu'il fut plaqué au sol par la pince caudale de son adversaire. La Feecha s'enroula ensuite
 lestement autour du Wraith avant de le déchirer jusqu'en son cœur.

Ashok, qui s'était jeté dans la mêlée, sentait les vérins de son corps déployer une force colossale, lui permettant de pénétrer les carapaces
 avec aisance. Il consigna cet élément dans sa mémoire, de même que la vivacité de l'ennemi, plus agile et plus mobile que lui. Les feechas
 mineurs bondissaient en tous sens et tentaient de lacérer les exo-squelettes renaissants de leurs membres supérieurs.

Une créature s'approcha d'Ashok par petits bonds, glissa sous son coup d'estoc, et vint planter l'une de ses griffe dans la cuisse necron. 
Insensible à la douleur, Ashok laissa tomber son bâton et saisit le crâne Feecha entre ses mains. La pression titanesque qu'il exerça fit céder
 l'os crânien qui fini par exploser, éclaboussant Ashok de fluides violacé.

- Serviteur 10100010101 cible ennemi 000101010101

- Serviteur 111010011111 repli en 98.745585 / 5.35916 / -2567

- Suh Jaheliak, Repli en 98.745585 / 5.37916 / -2567

Les necrons continuaient leur massacre. Cependant l'ennemi affluait dans la salle, comme les terra-octets de données dans l'Esprit d'Ashok.
 Malgré quelques ralentissements, il s'efforçait de transmettre ses ordres, mais les combats avaient atteint une telle intensité que toutes
 considérations tactiques étaient devenues presque superflues. Ils étaient pris dans un corps à corps ou l'instinct primait sur la stratégie.

- Nous perdons 1 serviteurs toute les 19 victimes, Ott, lui uploada Griffikt.


Bien que nombres de choses les aient opposées par le passé, Ashok respectait les capacités martiales de Griffikt. 

Lord Jaheliak fut soudain assaillit de toutes parts et tomba à la renverse. Ashok ramassa son bâton et chargea dans une course pesante. 
Arrivé près de Jaheliak, il lança un premier revers de son arme. Le coup enfonça la tête du bâton dans la cage thoracique d'une feecha. 
Ashok ramena son bras et balaya un second spécimen lui arrachant par la même une belle portion de chairs et d'os.


Jaheliak parvint à se débarrasser d'un adversaire puis à se relever. 


- Toutes nos unités sont déployées. Le reste est encore en stase. Il faut réveiller tout le monde. Nous allons être débordés, Ott, lui uploada 
Jaheliak.


- J'y travaille, Suh, répondit Ashok alors que de nouvelles feechas bondissaient vers eux.


En réalité Ashok n'avait pas la moindre idée sur la manière de renverser le rapport de force. Ils allaient mourir alors qu'ils venaient juste
 de revenir à la vie. L'Overlord se perdait en projection stratégique lorsque la Voix d'Orikan tonna dans sa tête :

- La grande feecha, elle dirige les autres, R'ba!

Le cryptek se taillait un passage avec de grands coups lents et appuyés de sa lame d'anachronie. Celle-ci semblait parfois se déformer
 ou disparaître mais les cadavres dans son sillage ne laissait aucun doute quant à son efficacité.
Ashok écouta le conseil et uploada de nouveaux ordres :


- Ciblez la grande feecha, Suh!


Instantanément, tous les nécrons changèrent de cible, et tous commencèrent à s'ouvrir un chemin au milieu des feechas secondaires. Au 
bout de quelques minutes, les élites encore valides encerclaient la cible. L'implacable volonté d'Ashok avait déchaînée un ouragan de coups 
destructeurs sur le grand spécimen et ce fut Burnvock qui assena le coup de grâce. Le hors-necron s'effondra mollement sur les dalles de
 la crytpe et le combat changea radicalement de physionomie. Les feechas mineurs refluaient, se battaient entre elles ou tentaient 
grossièrement de se cacher. Elles furent finalement massacrées par les défenseurs.


Une fois les derniers assaillants vaincus, Ashok uploada un message à Orikan :


- Pourquoi ne m'as-tu pas prévenu d'une présence Feecha, R'ba?


- Je suis venu te réveiller spécialement pour ça, R'ba, répondit le Transcendé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les chroniques d'Ashok
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Les Chroniques du Père Bugli !
» Les Chroniques d'Yggdrasil.
» Les Chroniques d'Arcadia : Livre I (1er Projet)
» Les Chroniques de Katura : désormais aussi bientôt en BD!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Nécropole :: Background et projets :: Récits-
Sauter vers: